Emmanuelle Bouilly

Emmanuelle Bouilly est Maître de conférences à Sciences Po Bordeaux, et membre du laboratoire LAM (Les Afriques dans le Monde).  

Docteure en science politique de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (2017), sa thèse a porté sur les mouvements sociaux, le genre et les migrations au Sénégal. Son enquête sur une association de mères de migrants, dont l’objectif officiel est de « lutter contre l’émigration clandestine », a permis de revisiter la sociologie des mouvements sociaux. Elle y montre en quoi la « forme mouvement social » est historiquement et socialement située, et de ce fait invisibilise – au Sénégal comme ailleurs – des formes d’actions collectives et de représentation politique qui ne ciblent pas toujours l’Etat et ne recourent pas toujours à l’action protestataire. Ces résultats sont parus en 2019 aux éditions Dalloz, sous le titre Du couscous et des meetings contre l’émigration clandestine. Mobiliser sans protester au Sénégal.
Ce travail s’inscrit dans une réflexion collective plus large sur le genre et les mobilisations collectives en Afrique qui a donné lieu à deux numéros de revue publiés en 2016 : « African women’s struggles in a gender perspective » à la Review of African Political Economy (vol. 43, n°149) codirigé avec Ophélie Rillon et Hannah Cross ; et « Femmes africaines et mobilisations collectives (années 1940-1970) » dans Le Mouvement Social (vol.2, n°255) avec Ophélie Rillon.

Emmanuelle Bouilly a poursuivi ses recherches sur l’action collective et l’engagement militant d’abord à l’université Laval de Québec (2018) où elle a mené une enquête sur le militantisme partisan au Sénégal. Depuis, avec Marie Brossier, elle réalise une enquête prosopographique sur les députés sénégalais.e.s. Elles finalisent actuellement le traitement statistique des données socio-biographiques et politiques récoltées sur plus de 1000 député.e.s élu.e.s depuis 1959. Sont analysées notamment les logiques de (re)production des élites parlementaires au Sénégal, de transmissions familiales du pouvoir, ou encore de « transhumance » (reconversion partisane). En parallèle, Emmanuelle Bouilly effectue une enquête ethnographique sur le métier de député. Elle y interroge les processus de prise de rôle et de professionnalisation, à l’aune du genre.

Emmanuelle Bouilly a ensuite bénéficié d’un postdoctorat (février-août 2019) au sein de l’ANR Syndiquaf. Au sein de cette enquête collective de grande ampleur, elle a débuté un travail d’archives afin de reconstituer les trajectoires biographiques des principaux leaders syndicalistes sénégalais.e.s et les relations qu’ils ou elles entretiennent avec le champ politique. Elle ambitionne de réaliser deux enquêtes ethnographiques : la première sur les répertoires d’action syndical à travers l’étude des défilés du 1er mai, et le seconde sur le travail syndical au concret dans le secteur de la santé, toujours au Sénégal.

Page personnelle : https://sciencespobordeaux.academia.edu/EmmanuelleBOUILLY

Coordonnées : e.bouilly[at]sciencespobordeaux.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.