Sidy Cissokho

Sidy Cissokho a réalisé une thèse de science politique à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne intitulée Le contrat social sénégalais au ras du bitume (1985-2014) : de la formation du groupe professionnel des chauffeurs au renforcement des institutions politiques. Son travail s’appuie principalement sur un ensemble de données mêlant des matériaux d’archives et des descriptions ethnographiques consacrées au fonctionnement quotidien des gares routières au Sénégal. Jusqu’ici ses recherches lui ont permis d’aborder des thématiques telles que la construction des identités professionnelles, le syndicalisme, le travail dit « informel » ainsi que les pratiques de courtage administratif et politique au Sénégal. Depuis l’obtention de son doctorat en 2016, Sidy Cissokho a continué d’approfondir sa réflexion sur la formation des identités professionnelles en s’intéressant à des objets tel que le permis de conduire au sein du projet Papier d’Identité en Afrique (PIAF). Il est jusqu’en octobre 2019 post-doctorant à l’Université d’Edimbourg dans le cadre de l’ERC African Gouvernance and Space (AFRIGOS) au sein duquel il étudie la formation des standards internationaux de gestion des transports à travers un terrain multi-situé.

Il a récemment publié différents articles abordant la thématique syndicale : « Être officiel ou faire officiel ? Sur deux styles de barrages routiers en Afrique de l’Ouest (Ghana/ Sénégal) », Critique internationale, vol. 83, no. 2, 2019, pp. 167-189 ; « Culture professionnelle et culture de l’État. Notes sur l’institution du permis de conduire au Sénégal », Genèses, vol. 112, no. 3, 2018, pp. 37-57 ; ou encore « La compétition syndicale à la loupe. Débats, affrontements et arbitrages autour de la question de la représentation dans les gares routières au Sénégal », Revue Tiers Monde, vol. 224, no. 4, 2015, pp. 83-102.

Coordonnées :

Email : sidy.cissokho[at]hotmail.fr

Lien vers sa page Academia : https://edinburgh.academia.edu/SidyCissokho

Quelques questions à Sidy Cissokho sur sa thèse, soutenue en décembre 2016 à l’Université Panthéon-Sorbonne, et intitulée « Le contrat social sénégalais au ras du bitume (1985-2014) : de la formation du groupe professionnel des chauffeurs au renforcement des institutions politiques ». Dans ce travail mêlant histoire et ethnographie, il interroge la formation et le rapport à l’État des professionnels du transport de passagers au Sénégal.

Le point de départ de votre thèse est d’abord la rencontre avec un lieu : les gares routières. Cela peut sembler un peu saugrenu, pourriez-vous nous en dire plus ?

Depuis la décolonisation, les gouvernements de la plupart des pays africains, et avec eux les bailleurs de fonds internationaux, ont concentré leurs investissements sur les infrastructures routières. Par ailleurs, seul un très faible pourcentage de la population dispose d’un véhicule privé. Une part importante des trajets s’effectuent donc par route, en transport en commun. Cette situation fait des gares routières des lieux hautement stratégiques. Mais ce n’est pas tout. Ces espaces sont aussi, et avant tout, des lieux de travail où se regroupent les chauffeurs de transport en commun entre deux trajets. Elles permettent d’observer très finement des phénomènes sociaux tels que le travail, les activités syndicales ou encore la formation des identités professionnelles, soit autant de thématiques largement délaissées depuis 20, voire 30 ans, au sein des études africaines.

Peut-on vraiment dire cela ? La question du travail a été abordée ces dernières décennies, notamment à travers la question de l’informel.

Bien sûr, il y a eu énormément de travaux sur les activités économiques composant cette catégorie relativement insaisissable durant les années 1990-2000. La notion s’est même construite à partir de l’exemple de l’industrie du transport, qu’ils s’agissent des travaux de Keith Hart sur le Ghana des années 1970 ou des réflexions d’Hernando de Soto un peu plus tard sur le Pérou. Mais, à la différence des travaux d’inspiration marxiste qui les précédaient, les travaux sur l’informel ont en quelque sorte dépolitisé la question du travail. Ce que je veux dire par là, c’est qu’ils n’ont que rarement posé la question de la formation des différents groups professionnels qui composent cette catégorie fourre-tout, ou encore les modalités de représentation de ces groupes. Autant de questions pourtant au centre de l’étude du travail ailleurs qu’en Afrique.

Qu’est-ce que cette grille de lecture vous a permis de comprendre ?

Tout le poids des transformations sociales qu’a connu la société sénégalaise depuis ces 30 ou 40 dernières années. Plus précisément, la façon dont la mise en place des politiques d’ajustements structurels a profondément bouleversé la stratification sociale dans ce pays, en provoquant l’émergence de nouveaux groupes sociaux. Cette hypothèse avait déjà été formulée dans certains travaux de chercheurs sénégalais dès la fin des années 1990, sans pour autant faire l’objet d’une réelle démonstration. Jusqu’à la fin des années 1980, la population des chauffeurs était représentée par les fédérations des grands propriétaires de véhicules aussi appelés transporteurs. La mise en place des ajustements dans le secteur du transport s’est manifestée par la libéralisation des licences nécessaires pour devenir propriétaire de véhicule commercial et par celle des importations de véhicules. Ces mesures ont permis l’émergence d’une nouvelle strate de petits propriétaires exerçant aussi, parfois, une activité de conduite commerciale. C’est principalement leur action qui a mené à l’autonomisation des organisations représentatives des chauffeurs de la tutelle de celle des transporteurs, et à la formation des « regroupements de chauffeurs » tels qu’on les connait aujourd’hui dans les gares.

Certains travaux ont opposé ce type d’associations mutualistes aux organisations syndicales classiques dans le secteur industriel. Est-ce le cas dans celui du transport ?

Ce ne sont pas les conclusions auxquelles je suis arrivé, bien au contraire. Avant ce bouleversement, il existait un syndicat représentant les chauffeurs. Celui-ci était rattaché à la Confédération Nationale du Travailleur Sénégalais (CNTS), la confédération syndicale historique au Sénégal, affiliée au Parti Socialiste qui a dominé la vie politique pendant les 40 premières années du Sénégal indépendant. L’audience de ce syndicat était cependant très faible et se limitait à Dakar. L’émergence des regroupements correspond à un moment où la place acquise par la CNTS aux côtés de l’Etat sénégalais depuis la fin des années 1960 est remise en cause. Dans ce contexte, les regroupements ont fourni à la branche transport de la CNTS l’ancrage social qui lui manquait dans les régions. Ils lui ont permis de s’affirmer à travers de grandes grèves nationales durant les années 1990 et de reconquérir sa place d’interlocuteur privilégiée de l’État à travers ces démonstrations de force. Les relations entre la branche transport de la CNTS et les regroupements sont certes plus lâches aujourd’hui qu’à l’époque, mais leurs liens restent indéniables.

Il me semble que vous liez aussi ces réflexions sur la formation des groupes sociaux et le syndicalisme à d’autres recherches sur les rapports individuels à l’État ?

Oui, exactement. C’est en quelques sortes le second temps de ma thèse. L’émergence de ce groupe social correspond aussi à celle de nouveaux intermédiaires — les présidents de regroupement et leur entourage — qui se sont imposés comme les représentants des chauffeurs à l’échelle municipale et régionale, à la fois auprès de l’administration et des partis politiques. Leurs pratiques d’intermédiations dessinent des chemins d’accès au politique et à l’administration qui sont propres à cette profession. En outre, ce qui relève d’une culture professionnelle génère aussi des rapports individuels particuliers à l’État. L’exemple le plus probant est le rapport entretenu par la profession à un document tel que le permis de conduire. L’existence d’une véritable filière de passage réservée aux professionnels du transport ne repose pas que sur les pratiques d’intermédiation des représentants de la profession auprès des différentes autorités en charge de délivrer ce document. Elle est aussi le produit d’une socialisation particulière, d’une certaine conception de ce qu’est l’apprentissage, de ce qu’est le savoir légitime de la conduite, ainsi que de la place qu’occupe ce document dans l’imaginaire de cette profession. C’est tout cela qui fait du groupe professionnel une instance qui produit un rapport à l’Etat et au politique singulier, ou autrement dit une forme à part de « citoyenneté ».

Vous semblez dire que ces réflexions prennent une dimension particulière dans le contexte sénégalais, pourquoi ?

Parce qu’au Sénégal, plus qu’ailleurs, les relations entre l’État et la société ont souvent été analysées à l’aune du religieux. C’est cette fameuse idée selon laquelle il existe un « contrat social sénégalais » de type religieux depuis l’époque coloniale entre l’État et les confréries soufies, et que ce contrat aurait garanti au Sénégal une certaine stabilité politique. C’est d’ailleurs de là que vient le titre de ma thèse. Le religieux est effectivement une dimension importante au Sénégal. Mais, à trop se concentrer sur cette seule dimension, on a perdu de vue d’autres réalités sociales. On n’a par exemple peu ou pas exploré la possibilité que ce qui avait été documenté à propos des confréries n’était en fait que l’un des fragments d’un maillage plus grand offrant aux institutions politiques sénégalaises un ancrage social allant au-delà des simples groupes religieux. Dans ce point de vue, au Sénégal, les questionnements sur la formation et la représentation des groupes sociaux sont indissociables de ceux sur le processus de légitimation des institutions politiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.