TOUNKARA Djanguina

Djanguina Tounkara, né le 16 mars 1932 à Dakar ; militant de l’US-RDA ; secrétaire à l’information de la section Force Ouvrière de Kayes (Soudan Français) ; co-fondateur et secrétaire général du Syndicat des Paysans du Cercle de Kita (Mali)

http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article172969, notice TOUNKARA Djanguina par Alexis Roy, version mise en ligne le 12 mai 2015

Djanguina Tounkara est né en 1932 à Dakar, où son père, originaire de Sibikili, à proximité de Kita au Soudan (Mali), travaillait. Ce lieu de naissance joue un rôle dans son parcours, puisqu’il fait de lui un citoyen français. A l’âge où il doit aller à l’école survient la seconde guerre mondiale, et son père décide de le renvoyer dans son village d’origine. Le jeune Tounkara élevé à la ville découvre alors avec réticence la vie en « brousse » (entretien avec l’auteur, 4 avril 2007). Comme il est français, l’administrateur civil le prend sous son aile et il devient apprenti mécanicien, assistant le commandant dans ses déplacements. À 18 ans, il part travailler dans un garage à Kayes (Soudan français), où il parfait sa formation. “Comme j’étais Français, j’étais payé comme un Européen. Mon supérieur était moins bien payé que moi !” se souvient-il. Son beau-frère, cheminot, l’initie au syndicalisme et il adhère en 1952 à la section soudanaise de Force Ouvrière (FO) de Kayes. Il en sera le secrétaire à l’information. En 1953, il participe à une grève pour l’application du Code du travail, et il est licencié. Ayant des difficultés à trouver du travail du fait de son militantisme, il part en « aventure » en Gambie, avant de revenir s’installer à Bamako après la mort de son père. Avec son héritage, il acquiert un camion et devient transporteur, assurant des liaisons entre le Mali et Cotonou, au Bénin. En 1957, il intègre la section d’Hamdallaye (quartier de Bamako) de l’Union Soudanaise-Rassemblement Démocratique Africain (US-RDA). “Les blancs nous appelaient les communistes. Il y avait des conflits entre le RDA et l’administration. J’étais dans la section jeunesse. J’étais à mon compte donc j’ai pu faire de la politique librement.” En effet, l’US-RDA comptait un grand nombre de commerçants qui, au contraire des fonctionnaires et auxiliaires de l’administration coloniale, n’avaient pas à craindre les mutations arbitraires générées par leurs activités politiques et syndicales. À l’indépendance, il entre au service du garage de la Présidence de la République. Puis survient le coup d’État militaire de 1968, a l’issu duquel Moussa Traoré devient le chef de l’État. Militant du syndicat de l’administration d’État (SYNTADE), Tounkara fait quelques mois de prison pour s’être opposé aux militaires, dans un contexte de fortes répressions syndicales. À sa sortie de prison, il part plusieurs années “en aventure” dans différents pays de la sous-région. Il retourne ensuite au Mali où il redevient chauffeur pour l’administration, au Ministère de la Justice. À la retraite en 1987, il fait son “retour à la terre” en s’installant dans son village de Sibikili. Si Djanguina Tounkara n’a pas été scolarisé, il est autodidacte et sait lire et écrire, compétences qu’il a su mettre au service de son activité syndicale.

En 1988, en association avec Fah Cissé, également ancien fonctionnaire et ex militant du RDA, et un petit groupe de paysans des environs de Kita, Djanguina Tounkara entame des démarches pour créer un syndicat paysan. Celles-ci rencontrent de fortes résistances de la part de l’administration et la situation ne se débloque qu’après la chute du régime de Moussa Traoré, en 1991. Le congrès constitutif du Syndicat des Paysans du Cercle de Kita (SPCK) a finalement lieu le 26 octobre 1991. Dans ses statuts originels, le SPCK se réclame du syndicalisme révolutionnaire (et prône le centralisme démocratique), phénomène plutôt rare dans le syndicalisme paysan, probablement influencé par le parcours militant de ses fondateurs. L’implantation du SPCK est rapide, mais il reste un syndicat local. En février 1993, sur les soixante-cinq villages et vingt hameaux de l’arrondissement central de Kita, il existait soixante comités syndicaux (Tag, 1994).

Djanguina Tounkara est candidat de l’US-RDA aux élections législatives de 1992 dans sa circonscription, sans toutefois parvenir à se faire élire à l’Assemblée Nationale. Cet épisode serait en partie à l’origine d’une rupture au sein du syndicat, non pas tant à cause de l’engagement politique de son représentant, mais des conséquences de sa défaite : endetté pour mener sa campagne, il fuit un temps en Côte d’Ivoire. Cet exil crée une vacance à la direction du SPCK, suppléée par le numéro deux du syndicat, Fah Cissé. À son retour, Tounkara introduit une plainte en justice contre ce remembrement du bureau en son absence et obtient gain de cause. Un grand nombre de membres du SPCK décident alors de créer leur propre syndicat, le Syndicat des Paysans du Mali Ouest (SYPAMO). Pour Djanguina Tounkara, c’est la Compagnie Malienne pour le Développement des Textiles (CMDT), implantée depuis le milieu des années 1990 dans la zone de Kita, qui a favorisé cette rupture. D’après Tounkara, ses critiques à l’égard de la mauvaise gestion de la CMDT ont provoqué la colère de l’entreprise publique, qui aurait alors cherché à le faire taire en l’évinçant de la direction du syndicat. « La CMDT est un État dans l’État et elle est puissante », nous disait-il. La transformation de la zone de Kita en une zone cotonnière entraîne un changement dans l’appellation du syndicat, qui devient le Syndicat des Producteurs de Coton de Kita (SPCK). Le SPCK, affecté par la crise qui a vu naître le SYPAMO, retrouve quelques couleurs lors de la grève des producteurs de coton en 2000, en réaction à un litige sur le prix d’achat du kilo de coton. Contrairement aux producteurs du sud du pays, les militants du SPCK ne boycottent pas cette culture, mais se mobilisent en fin de campagne, en refusant de céder leur coton.

Au début des années 2000, alors que la filière cotonnière entre dans un processus de privatisation, la SPCK intègre le Groupement des Syndicats de Producteurs de Coton et Vivriers, rassemblant 4 syndicats, et qui servira dans un premier temps d’interlocuteur dans les négociations sur la restructuration de la filière. Tounkara entretient une position ambigüe vis-à-vis de la privatisation de la filière (toujours inachevée en 2015), entre rejet et fatalisme : « Depuis 2000, d’après mon entendement et mes rencontres avec les responsables, j’ai vu que la CMDT était en faillite, qu’il n’y avait pas d’autre solution. Au début on a donc dit “non” à la privatisation, puis après “oui” » (entretien du 12 novembre 2008).
En 2007, Tounkara participe à une rencontre de leaders paysans qui apportent leur soutien au Président Amadou Toumani Touré, alors en campagne pour sa réélection. En 2010, Tounkara, âgé de 78 ans, est remplacé par Simile Mangassouba à la place de secrétaire général du SPCK.

Sources :
Entretiens avec Djanguina Tounkara, 4 avril 2007, 12 novembre 2008, Bamako.
Entretien avec Soluba Mady Keïta, ex-membre du SPCK, octobre 2008, Bamako.
Tag, S., 1994 : Paysans, État et démocratisation au Mali : enquête en milieu rural , Institut d’Études Africaines, Hamburg, 192 p


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.