Le syndicalisme, une affaire de famille ? Imbrication entre vie quotidienne et travail syndical au Burkina Faso (XXème siècle).

Recherche menée par Ophélie Rillon

En partant des trajectoires biographiques de syndicalistes dans les domaines de l’enseignement et de la santé (enseignant.e.s, sages-femmes, médecins, vétérinaires, etc.), cette recherche entend étudier comment s’opère l’articulation entre vie quotidienne (familiale et conjugale), syndicalisme et travail au Burkina Faso, de 1945 à nos jours. L’un de objectifs consiste à dresser une biographie collective de plusieurs générations de couples de militant-e-s qui se sont engagés dans l’action syndicale, de façon conjointe ou séparée. Le couple (monogame comme polygame) est envisagé ici comme une porte d’entrée idéale pour observer comment le poids du genre affecte différemment les trajectoires individuelles et restituer la profondeur intime des engagements syndicaux.

Un premier axe de recherche envisagera la vie quotidienne comme espace de socialisation au syndicalisme : dans quelle mesure les expériences familiales forgent les « devenirs syndicaux » ? Quelle est la part de la transmission générationnelle (des valeurs, des habitus, d’un éthos) dans la fabrique des syndicalistes ? Il s’agit de questionner les héritages idéologiques et les modalités de transmission d’un savoir-faire syndical dès l’enfance qui a pu favoriser « le passage à l’acte » pour les femmes mais également pour les hommes qui n’apparaissent qu’en creux des travaux sur la vie privée. En croisant les « sphères de vie » et les effets du genre, l’objectif est de comprendre comment le travail de construction de soi comme syndicaliste se réalise à la jonction de plusieurs scènes (le syndicat, la famille, le couple, le travail, l’école) et influe sur les conceptions et pratiques syndicales. En ce sens, l’attention sera également portée à l’influence des questions privées dans la structuration de l’action syndicale et des revendications.

Le syndicalisme peut également être envisagé comme une nouvelle famille, un espace de réalisation de soi, une manière d’échapper aux contraintes familiales et sociales. Pour autant, comme l’ont montré de nombreux travaux, le travail syndical reproduit aux quotidiens les inégalités de genre. En adoptant une approche intersectionnelle, cette recherche entend prolonger la réflexion en explorant comment s’opère la division du travail syndical au quotidien dans des organisations mixtes (enseignement, santé) et non mixtes (syndicat des sages-femmes). Si le syndicalisme est marqué par une « culture masculine » forte, les organisations exclusivement féminines parviennent-elles pour autant à proposer d’autres modes de fonctionnement ? Dans quelle mesure les hiérarchies familiales (d’âge, de génération, statut matrimonial) se reproduisent-elles entre femmes ?

Cette recherche entend également interroger la manière dont l’engagement syndical influe en retour sur la vie privée, provoque des ruptures familiales et conjugales, des tensions affectives. Il s’agira ainsi d’envisager les conséquences intimes du travail syndical, la manière dont la vie privée peut être réorganisée pour favoriser la disponibilité des militant.e.s au regard des inégalités de genre dans les espaces domestiques et syndicaux. Suivre les trajectoires biographiques des syndicalistes permettra de restituer les périodes d’engagement et de désengagent dans l’ensemble du cycle de vie des individus. Pour les femmes en particulier, les différentes phases de leur vie (jeunesse et célibat ; mariage et maternités ; divorce et remariage ; veuvage et ménopause) sont conçues, tantôt comme des contraintes, tantôt comme des leviers de leur action syndicale.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.