La division du travail syndical au Sénégal

Recherche menée par Sidy Cissokho

Le questionnement de ce projet a pour point de départ les résultats d’un travail de thèse mené de 2011 à 2016 sur les organisations catégorielles des chauffeurs de transport en commun au sein des gares routières au Sénégal : les « regroupements de chauffeurs ». Ces derniers sont tous rassemblés au sein de la branche transport de la Confédération Nationale des Travailleurs du Sénégal (CNTS) : le Syndicat National des Travailleurs du Transport Routier du Sénégal (SNTTRS). Malgré l’apparente unité de cet ensemble d’organisations imbriquées, affichée notamment durant les grèves nationales, leurs représentants respectifs n’accomplissent pas les mêmes activités et ne promeuvent pas les mêmes définitions de ce qu’est le syndicalisme. Mon projet a pour ambition d’interroger cette division. 

Dans le cas du transport de passagers, cette division s’incarne dans l’opposition entre deux types de lieu : les gares routières et les différentes Bourses du travail. Elle est aussi synonyme d’une division du travail entre représentants à l’échelle de l’entreprise (la gare) et à l’échelle régionale et nationale. Aux premiers est dévolue la gestion des cotisations, des relations quotidiennes avec l’administration ou encore le contact direct avec les travailleurs et l’encadrement du travail de ces derniers. Aux seconds sont confiées l’organisation des grèves, les négociations avec le gouvernement ou encore la défense des travailleurs devant les prud’hommes.  Ces divisions ne dessinent pas simplement un partage des tâches neutre entre différentes échelles de représentation, elles correspondent à deux conceptions du travail syndical. L’un, s’exerçant quotidiennement à la Bourse du travail et dont les activités — « nobles » — obéissent à l’image la plus communément admise de ce qu’est une activité syndicale. L’autre, s’exerçant quotidiennement au sein de l’entreprise et dont les activités ne correspondent pas au canon du syndicalisme tel qu’il est habituellement envisagé.

Ces divisions ont jusqu’ici orienté les études portant sur le syndicalisme au Sénégal vers le travail syndical « noble », celui des représentants nationaux. Les travaux portant sur le syndicalisme au Sénégal se sont alors concentrés sur les figures des grands dirigeants de centrale aux prises avec les gouvernements successifs, notamment durant la période de la « participation responsable ». Le travail accompli par les représentants syndicaux au sein de l’entreprise a été, quant à lui, largement délaissé, à quelques rares exceptions près. Mon projet entend interroger de front toute cette variété de « syndicalismes » quotidiens et la façon dont s’opèrent ces divisions du travail militant dans le secteur du transport de passagers, et plus particulièrement au sein de la branche transport de la principale centrale sénégalaise.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.