Travailler, s’organiser, protester : les premiers syndicats féminins au Soudan colonial au prisme des histoires de vie (1946-1956)

Projet de recherche d’Elena Vezzadini

Au Soudan colonial, le mouvement syndical connaît à partir de 1946 une expansion foudroyante, qui reste encore peu comprise et étudiée. Entre 1948, l’année où est promulgué le Trade Union Act, qui rend légale la création de syndicats, et le 1953, année où le Soudan accède à un gouvernement transitoire qui le portera à l’indépendance en 1956, plus de cent syndicats sont formés, et selon des estimations coloniales, plus de cent mille travailleurs soudanais se syndiquent. La fusion entre luttes syndicales et politiques explique en partie ce succès : dès le début, fortement inspirés par un langage marxiste, les principaux syndicats font de la décolonisation et de « la lutte contre l’impérialisme » leurs objectifs principaux ; des milliers de travailleurs participent aux séries de marches, démonstrations et grèves qui donne le coup de grâce à la colonisation britannique au Soudan.

Si les syndicats sont presque exclusivement des organisations masculines, deux syndicats féminins, celui des enseignantes et celui des infirmières, sont également fondés autour de 1950, les premiers dans l’histoire soudanaise. Ils assument également toute suite une dimension politique : ce sont des infirmières de l’hôpital de Khartoum en uniforme qui s’unissent en 1951 à une marche anticoloniale, en devenant de cette manière le premier groupe de femmes à avoir participé, cote à cote des hommes, à une manifestation politique. Des nombreux observateurs de l’époque, colonisateurs et intellectuels soudanais, notent d’emblée la signification historique de cette contribution, malgré le nombre réduit d’activistes par rapport aux hommes. Elle est symboliquement d’autant plus forte que ces femmes défient et subvertissent deux conventions sociale très ancrées au nom du nationalisme anticolonial : celle de la stigmatisation du travail rémunéré féminin et celle de la participation féminine à la politique.

Malgré cette ‘entrée en visibilité’ à la fois professionnelle et politique, paradoxalement, l’historien.ne est confronté.e à la pauvreté ou absence de traces écrites sur les premières syndicalistes. Ce qu’on décrit est le fait même de cette présence et la surprise qu’elle suscite parmi les observateurs, mais nous savons très peu à la fois sur les acteurs et le fonctionnement de ces organisations (par exemple le nombre de participantes aux syndicats, leurs modalités de fonctionnement, etc).

Ainsi, ce projet de recherche se propose de creuser l’histoire de ces deux premiers syndicats féminins. En partant des quelques noms d’adhérentes que nous retrouvons dans la littérature secondaire, et en s’appuyant sur le corporatisme de ces corps de métier ainsi que sur leur continuité intergénérationnelle, nous pensons qu’il est possible de reconstruire de réseaux d’adhérentes et de mener des entretiens avec leurs familles, pour écrire une histoire de ces premiers syndicats à partir de ces récits de vie.

Mon objectif est d’aborder cette historie par plusieurs angles :

– d’abord, une histoire factuelle et événementielle, qui fait encore défaut. Il s’agira de comprendre, au moins dans les grandes lignes, l’histoire la fondation et développement des deux syndicats féminins ; leurs différences et similitudes, divergences et travail collectif ; ensuite l’organisation, la manière de recruter des nouveaux membres, la diffusion dans le territoire (est-ce que le Sud Soudan était concerné ?) ; le programme, les objectifs, la production intellectuelle. Il faudra enfin étudier la relation avec les autres grands syndicats masculins et avec des organisations comme le parti communiste soudanais (l’unique parti qui était ouvert aux femmes), avec l’Union des femmes soudanaises, crée en 1952, et les autres organisations féminines apolitiques qui existent au moins depuis 1947.

– ensuite, en s’appuyant sur le matériel biographique, en lien avec le cœur de ce projet ANR et aussi dans un souci comparatif avec d’autres terrains, je souhaiterais étudier ce que le syndicalisme fait aux vies des adhérentes. Les quelques profils qui sont reportés dans la littérature secondaire décrivent des femmes dévouées à leur travail, engagés dans la politique toute leur vie, mais aussi des mères de familles nombreuses. Elles sont souvent appelées « les pionnières » tant leur profil apparaît atypique dans leur obstination et dévouement au travail. Quelle place donnent-elles au syndicalisme dans leurs récits biographiques ? Comment leur activité syndicale impacte leur entourage, les relations qu’elles tissent, mais aussi leurs histoires familiales ?

– Un dernier aspect à éclairer est l’impact culturel que cette présence féminine dans le monde militant et syndiqué a eu dans les imaginaires. Dans le Soudan colonial, en particulier au Nord, le travail féminin rémunéré est stigmatisé, mais il est pourtant une norme pour les couches moins aisées de la population urbaine, ainsi que dans les milieux ruraux et nomades. Cette normalité est cependant présentée comme une nécessité liée à la pauvreté mais toutefois contraire aux recommandation de l’Islam, puisque le travail expose les femmes au contact avec des hommes. Cette image change radicalement avec les débuts du travail syndiqué et politisé féminin. Ainsi, ces professionnelles et militantes proposent et adhèrent à un nouveau modèle de femme, qu’ils cultivent par le biais de l’exemple, du souci de soi, et de la production intellectuelle (notamment dans la presse, où les journalistes prisent le travail féminin). Tout en assumant pleinement des positions maternalistes, en prônant l’importance d’être mères et éducatrices, elles montrent s’être davantage accomplies dans ces rôles par le biais de leur travail, de leurs indépendances financières et leur implication politique, un accomplissement présenté comme bénéfique pour la société entière. Et ce nouveau modèle de femme professionnelle infatigable, voir héroïque, finit par marquer les imaginaires, faire autorité et s’ancrer dans les imaginaires sur la longue durée. Nous en avons eu un aperçu avec l’iconique image d’Aala al-Salah, une des symboles de la Révolution soudanaise de 2018-2019, qui était enveloppé d’une taube blanche, l’uniforme des femmes professionnelle dans le Soudan des années 1950 et 60.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.