Mobilisations et organisations des groupements de défense d’intérêts des travailleurs de l’économie informelle au Burkina Faso et au Congo (RDC)

Projet de recherche de Sylvie Ayimpam

Le Burkina Faso est connu comme étant un pays disposant d’une des sociétés civiles les plus actives du continent africain. On observe particulièrement la montée d’un climat de mobilisation et de contestation sociale généralisée dans le sillage des années qui ont précédé et qui ont suivi la fin du régime du Président Blaise Compaoré (2014). Le monde de l’économie informelle n’a pas échappé à ce climat général de mobilisation et de contestation. Dans le secteur du petit-commerce, on observe depuis lors la naissance et le développement de nombreux groupements de défense d’intérêts, des associations ainsi que des fédérations d’associations des petits commerçants. Nous avions observé cette dynamique associative lors d’une précédente enquête au Grand marché de Ouagadougou, dans le cadre d’une recherche consacrée aux politiques de formalisation du secteur du petit commerce.

Dans le cadre du programme ANR SyndiQuAf, notre objectif est d’étudier spécifiquement ces associations et groupements de défense d’intérêt des petits commerçants, travaillant dans les marchés de la ville de Ouagadougou. Lors de la précédente recherche, près de la moitié des commerçants interrogés appartenaient à plusieurs regroupements de commerçants. Ces regroupements ont généralement une structure multiniveaux partant d’associations locales opérant dans une filière commerciale spécifique, et faisant partie elles-mêmes d’organisations plus importantes intégrant plusieurs branches d’activités, sous forme de fédérations ou réseaux d’associations, de syndicats, ou encore opérant sur l’ensemble du pays.

Nous allons étudier quelques-uns des groupements de défense d’intérêts des commerçants obéissant à ce type de structuration, en partant de ceux que nous avons déjà identifiés, notamment le Syndicat national des commerçants burkinabè (SYNATCOMB) et l’Organisation nationale des commerçants burkinabè (ONACOMB). Notre ferons appel à une démarche d’enquête à plusieurs échelles, consistant à enquêter d’abord auprès des commerçants membres actifs groupements locaux, de remonter ensuite pour enquêter auprès des responsables locaux par filière, et enfin à enquêter auprès des responsables des fédérations ou des réseaux d’associations. Nous tâcherons d’identifier le périmètre d’action spécifique et complémentaire de ces regroupements, comment ils organisent les actions d’appui concret aux commerçants, ainsi que les actions de plaidoyer et/ou de défense des intérêts des commerçants qu’ils mènent ou qu’ils ont menées jusque-là.

A Kinshasa au Congo (RDC), le contexte de mobilisation et d’organisation de la société civile est beaucoup plus faible que celui de Ouagadougou. En revanche l’économie informelle y est beaucoup plus répandue. Il y a depuis une trentaine d’années un effondrement progressif de l’économie salariale (actuellement moins de 10% de la population active) dans cette ville d’environ 12 millions d’habitants. Le secteur du petit commerce, du micro-commerce, est devenue le principal pourvoyeur d’emplois et de redistribution des revenus. Dans une perspective comparative avec Ouagadougou, nous allons y étudier les associations et groupements de défense d’intérêt des commerçants, travaillant dans les marchés. Avec la même démarche à plusieurs échelles, nous allons étudier les groupements déjà identifiés, notamment le Syndicat national des vendeurs du Congo (SNVC), réputé être de l’obédience politique du « pouvoir », et le Rassemblement national pour l’épanouissement des entreprises du Congo (RANEECO), réputé être proche de « l’opposition politique ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.