Guillaume Vadot

Guillaume Vadot est chercheur postdoctorant à l’Institut des mondes africains au sein du projet Syndiquaf et docteur en science politique de l’Université Paris 1 (2019). Ses recherches se situent au croisement de la sociologie politique et de la sociologie du travail. Elles interrogent les relations réciproques entre production économique et processus historique de formation de l’État en Afrique. L’essentiel de ses terrains (mis à part une brève expérience au Kenya) se sont jusque-là déroulés dans différentes régions du Cameroun.

Sa thèse (« Les bras et le ventre. Une sociologie politique des plantations industrielles dans le Cameroun contemporain ») propose une ethnographie comparée de trois entreprises de plantations industrielles dans les années 2010. Elle s’intéresse à la fabrique de la main-d’œuvre (des ouvrier·ère·s aux cadres, locaux et expatrié·e·s, dont les trajectoires biographiques sont étudiées), aux rapports au travail ainsi qu’aux styles de vie. Elle propose une compréhension de la façon dont ces espaces productifs ont tenu et ont poursuivi leur ancrage dans le quotidien en tant qu’organisations bureaucratiques malgré les bouleversements survenus dans leur environnement. Que l’enclave leur soit une modalité privilégiée de présentation d’elles-mêmes n’empêche pas ces entreprises de devoir sans cesse composer avec les forces sociales qu’elles mobilisent ou qu’elles affectent et négocier leur présence dans l’espace public. Conflits fonciers, du travail ou portant sur le partage des ressources produites constituent en effet autant d’occasions pour les acteurs locaux (représentants riverains, syndicalistes, élus) de se placer sous le regard des autorités (et parfois de l’international). Ces conflits, mais aussi une série de pratiques plus banales de la part de ces représentant·e·s institué·e·s donnent lieu à la mobilisation du registre de l’officiel et participent de l’intégration au territoire politique de ces espaces productifs. Plusieurs publications sont en cours, tirées de ce travail doctoral, qui a été lauréat de l’édition 2020 du prix de thèse « Afrique et diasporas » décerné par le GIS éEudes africaines et la Société des africanistes.

Une enquête précédente, dédiée aux petits producteurs de coton au Nord du Cameroun, avait permis d’étudier les formes prises par la mobilisation de leur travail par la société para-publique qui détient le monopole d’achat, ainsi que les rapports de ces cultivateurs aux différentes modalités de contrôle auxquels ils sont exposés. Elle avait été l’occasion d’étudier les organisations de producteurs mises en place depuis la fin des années 1990. Elle a donné lieu à un article : « Un travail de pros. Réforme de la Sodecoton et redéploiement des formes de mobilisation du travail paysan en zone cotonnière dans l’Extrême-Nord au Cameroun », Politique africaine n°133, 2014/1, p. 45-67.

Au cours d’un précédent postdoctorat, Guillaume a étudié la féminisation en cours de la main-d’œuvre kanake au sein de l’industrie du nickel en Nouvelle-Calédonie.

Dans le cadre de l’ANR Syndiquaf,  il va étudier  les syndicats agricoles au Soudan, et participer également à une enquête collective sur les recherches menées dans les années 1980 sur les salarié·e·s africains. Enfin,  il coordonne avec Etienne Bourel un numéro thématique à paraître en 2021 aux Cahiers d’études africaines intitulé « Salarié·e·s d’en bas. Pratiques de travail, trajectoires et imaginaires ».

Page personnelle : https://imaf.academia.edu/GuillaumeVADOT

Adresse email : guillaume.vadot[at]sciencespo.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.