Les syndicats aux Suds à l’ère néolibérale

En vue d’une proposition de numéro spécial que nous allons soumettre à la Revue canadienne d’études du développement, voici une version provisoire d’un appel à contribution sur des thématiques liées à notre projet. Nous sollicitons déjà des pré-propositions.

Coordination : Bettina Engels (Freie Universität Berlin), bettina.engels@fu-berlin.de; Alexis Roy (CNRS, Paris), alexis.roy@cnrs.fr.

Le travail, sous ses multiples formes, joue un rôle essentiel dans l’organisation des sociétés et constitue un enjeu déterminant de leur développement. La grande variété des formes de travail dans les pays du « Sud » fait l’objet d’analyses contrastées, opposant parfois emploi salarié formel et travail informel, emploi stable et précarité, exploitation et « travail décent ». L’initiative privé et l’auto-emploi, dans des secteurs aussi divers que les soins, les travaux ménagers, le petit commerce, le travail du sexe ou l’exploitation minière artisanale, sont parfois criminalisés, parfois célébrés comme l’expression d’un « esprit d’entreprise » (de Soto, 2000), censé être formalisé et donc taxé et contrôlé. Le travail est également une question centrale pour l’industrie manufacturière, dans les villes en pleine croissance, dans l’agriculture paysanne et l’agro-industrie. Quelles que soient les orientations politiques des chercheurs, des politiciens et des praticiens du développement, le travail est, d’une manière ou d’une autre, important pour tous.

Le travail n’est pas seulement une activité permettant d’acquérir des moyens de subsistance ; il contribue également à définir l’identité et la position sociale, en créant un sentiment plus ou moins affirmé d’appartenance à un groupe ou à une classe sociale. Ces dynamiques favorisent, au moins potentiellement, la formation d’organisations collectives pour défendre et étendre les intérêts des travailleurs (formation de classe) – sous leur forme institutionnalisée, les syndicats- et l’action collective (lutte des classes).

Économie néolibérale et travail aux Suds

L’extension du néolibéralisme a accéléré l’intensification de la mondialisation capitaliste, et a fait évoluer la division internationale du travail. Si les économies des pays en développement restent caractérisées par l’extractivisme et le poids de la production de matières premières (minérales, fossiles, agricoles), l’on assiste également, notamment en Asie, à l’explosion de la production industrielle à forte intensité de main-d’œuvre (textile, automobile, produits low cost) (Autrepart, 2014).

Si les principales dynamiques de travail varient d’un pays à l’autre, l’on observe dans l’ensemble que les pays qualifiés « d‘émergents » et « en développement » ont vu la part des emplois agricoles fortement diminuer au cours des années 1980 puis dans la période 2000-2015, tandis que la part des emplois du secteur des services augmentait. Dans le même temps, la part de l’emploi manufacturier est restée presque stable, a un peu moins de 10% (FMI, 2018 : 134).

Ces mêmes pays ont été les laboratoires des réformes néolibérales. Alors qu’au XXe siècle, de nombreux analystes considéraient qu’ils suivraient la voie tracée par les pays « développés », cette perspective est en train de s’inverser, ce qui amène à se demander si les formes d’emplois (souvent « informelles », précaires) aux Suds ne sont pas de plus en plus répandues aux Nords ? « L’ubérisation » de l’économie occidentale est-elle une forme de diffusion du travail indépendant qui caractérise la situation de nombreux travailleurs dans les Suds ? Tandis que la classe ouvrière semble en déclin aux Nords, dans la plupart des pays du Sud le salariat n’est toujours pas la forme principale de travail. Le travailleur n’aurait plus besoin d’usine et de patron, place à l’initiative individuelle, chacun étant supposé disposer d’empowerment et d’agency et faire preuve de résilience… Sommes-nous donc confrontés à la fin de la formation et de la lutte des classes et au triomphe du néolibéralisme et de l’entrepreneuriat ?

Dynamiques syndicales aux Suds

Historiquement, les syndicats ont été des acteurs clés dans l’organisation des travailleurs et des mobilisations collectives, et ont ainsi joué un rôle crucial dans la formation de classes sociales et leurs antagonismes (Wright, 1997). Au cours des deux dernières décennies, les tendances néolibérales des économies politiques mondiales et nationales ont entraîné une crise des syndicats, mais aussi une sorte de revitalisation et une reconnaissance sociale renouvelée du travail organisé (Frege et Kelly, 2004 ; Phelan, 2007). Avec la mondialisation croissante et la division internationale du travail, les lieux de production peuvent facilement être déplacés afin de réduire le coût du travail et accroître l’accumulation de capital. Dans de nombreux cas, cela a affaibli l’organisation des travailleurs et a conduit à une diminution du nombre d’adhérents aux syndicats. L’individualisation et la perte de solidarité entre les travailleurs constituent un défi pour les organisations syndicales du monde entier. Les chaînes de production deviennent plus complexes, bien qu’il existe des variations importantes entre les produits et les secteurs, ainsi qu’entre certaines ressources et moyens de production ; par exemple l’extraction des ressources du sous-sol ne peut pas être transférée d’un endroit à un autre.

Cependant, les syndicats (du moins, pas tous et pas partout) ne sont pas toujours paralysés par ces défis, mais ont développé diverses stratégies pour y faire face (Delpech 2014) ; par exemple, par le biais de nouvelles formes d’organisation, en s’alliant avec d’autres organisations syndicales et non syndicales à différentes échelles (Seidmann, 2011 ; Roman, 2004). Ainsi,  lorsque des luttes populaires surgissent, les syndicats sont souvent au premier plan : par exemple, lors d’une grève générale contre un accord avec le FMI en Équateur en octobre 2019 ; en Inde, dans un vaste mouvement intersyndical contre le démantèlement des droits du travail par le gouvernement Modi, suivi par la mobilisation historique des syndicats paysans contre la libéralisation des marchés agricoles depuis la fin 2020 ; lors de l’insurrection populaire au Burkina Faso, qui a renversé en octobre 2014 le président Blaise Compaoré. Si la vivacité du syndicalisme varie selon les secteurs et les pays, les activités et luttes syndicales contemporaines aux Suds contrastent souvent avec le déclin du syndicalisme observé aux Nords (Bryson & al., 2011 ; Wallerstein & al., 2000).

Ce numéro spécial se concentre sur le travail organisé à l’époque du néolibéralisme mondial. Il souhaite questionner la façon dont les syndicats font face aux défis du néolibéralisme et aux transformations des relations de travail qui y sont liées. Étant donné que dans de nombreuses régions du monde, le « développement économique » ne se traduit pas par la création d’une main-d’œuvre en termes d’emplois formels socialement sûrs, nous nous intéressons à la fois aux syndicats « classiques » représentant les personnes employées officiellement dans les secteurs privé et public, et à ceux qui organisent les secteurs « informels » tels que le petit commerce, les services de transport informels, le travail du sexe, le travail saisonnier dans l’agriculture ou l’exploitation minière artisanale.

Les syndicats au travail

Ce numéro spécial ne concerne pas seulement l’engagement des syndicats dans les luttes liées au travail, d’une part, et les luttes populaires plus larges contre l’autoritarisme, d’autre part (Freund, 1988 ; Kraus, 2007). Nous sommes conscients du fait que les syndicats du monde entier, et en particulier ceux aux Suds, ont étendu et continuent d’étendre « leurs préoccupations et leur mandat au-delà des questions liées au lieu de travail et des questions liées au travail » (Beckmann et Sachikonye, 2010, 5). Cependant, nous nous intéressons également à la variété des activités syndicales ; non seulement aux grèves et autres formes plus ou moins conflictuelles de revendications collectives, mais aussi aux aspects quotidiens des activités syndicales. En d’autres termes, ce sont les syndicats au travail et dans les mondes du travail qui sont au centre de notre attention.

Cela dit, les contributions à ce numéro spécial peuvent traiter, entre autres, les questions suivantes :

– Comment les syndicats s’engagent-ils pour faire face à la diversité des formes de travail, et dans le secteur informel ? La transformation des relations de travail à l’époque du néolibéralisme mondial conduit-elle à la transformation des syndicats ou à l’émergence de nouvelles organisations syndicales ?

-Comment les syndicats gèrent-ils la fragmentation des « classes de travail » (Bernstein, 2010 ; Pattenden, 2018) en fonction du sexe, de la « race », de « l’ethnicité », de la caste, etc. ?

– Quels sont les types de conflits dans lesquels les syndicats s’engagent ? Quels acteurs affrontent-ils et avec quels moyens ? Quels répertoires d’actions (Tilly, 2006) développent-ils ?

– Comment les syndicats se mobilisent-ils à différentes échelles ? Dans quelle mesure les syndicats ajustent-ils leurs luttes lorsque le capital opère de plus en plus à une échelle transnationale (Fairbrother et al., 2013) et mondiale (upscaling, saut d’échelle) ? Quels sont les potentiels et les risques d’un « changement d’échelle » des activités syndicales ? Quelles alliances construisent-ils horizontalement et verticalement ?

Nous invitons les auteurs à nous envoyer (bettina@zedat.fu-berlin.de, alexis.roy@cnrs.fr) des résumés (500 mots, bibliographie non comprise) de leurs propositions d‘article avant le 12 avril 2021.

Veuillez inclure dans la proposition le titre de votre article, un résumé détaillant le thème et la problématique de recherche, ainsi que les matériaux sur lesquels il repose, une bibliographie et 5 mots-clés. Veuillez également indiquer le nom et prénom de tous les auteurs, leur(s) affiliation(s) institutionnelle(s) et leur(s) statut(s), ainsi que leur adresse électronique.

Bibliographie

Autrepart, 2014/1, n°69, L’industrialisation au Sud.

Beckmann, Björn, and Lloyd Sachikonye, Lloyd 2010: Introduction: Trade unions and party policis in Africa, in: Beckmann, Björn, Sakhela Buhlungu, and Lloyd Sachikonye (eds): Trade Unions & Party Politics. Labour movements in Africa, Cape Town: HSRC, 1-22.

Bernstein, Henry 2010: Rural Livelihoods and Agrarian Change: Bringing Class Back, in: Long, Norman, and Ye Jingzhong (eds): Rural Transformations and Policy Intervention in the Twenty First Century: China in Context, Cheltenham: Edward Elgar, 79-109;

Bryson, Alex, Ebbinghaus, Bernhard, Visser, Jelle, 2011, « Causes, consequences and cures of union decline », European Journal of Industrial Relations, vol. 17, n°2,, p. 97–105

Delpech, Quentin, 2014: Mobilisations syndicales et violences au Sud. Protester dans les usines de la sous-traitance internationale au Guatemala, Paris, Karthala.

de Soto, Hernando 2000: The Mystery of Capital: Why Capitalism Triumphs in the West and Fails Everywhere Else, New York: Basic Books.

Fairbrother, Peter, Lévesque, Christian, Hennebert, Marc-Antonin, 2013: Transnational Trade Unionism. Building Union Power, New York, Routledge.

Fonds monétaire international, 2018 : Perspectives de l’économie mondiale : Reprise cyclique et changement structurel, Washington, 313 p.

Frege, Carola, and John Kelly 2004: Varieties of Unionism: Strategies for Union Revitalization in a Globalizing, Oxford: Oxford UP.

Freund, Bill 1988: The African Worker, Cambridge: Cambridge UP.

Kraus, John 2007: Trade Unions in Africa’s Democratic Renewal and Transitions, in: Kraus, John (ed.), Trade Unions and the Coming of Democracy in Africa, London: Palgrave Macmillan, 1-34.

Pattenden, Jonathan 2018: The politics of classes of labour: fragmentation, reproduction zones and collective action in Karnataka, India, in: The Journal of Peasant Studies, 45: 5-6, 1039-1059

Phelan, Craig (ed) 2007: Trade Union Revitalisation: Trends and Prospects in 34 Countries. Oxford: Peter Lang UK.

Roman, Joseph 2004: The trade union solution or the NGO problem? The fight for global labour rights. In: Development in Practice, 14: 1-2, 100-109.

Seidman, Gay 2011: Social Movement Unionism: From Description to Exhortation, in: South African Review of Sociology, 42: 3, 94-102.

Tilly, Charles 2006: Regimes and Repertoires. Chicago: Chicago UP.

Wallerstein, Michael, Western, 2000: « Unions in decline ? What Has Changed and Why », Annual Review of Political Science, vol. 3, p. 355-377.

Waterman, Peter 1993: Social-Movement Unionism: A New Union Model for a New World Order?, in: Review (Fernand Braudel Center), 16: 3, 245-278.

Wright, Erik Olin 1997: Class Counts, Cambridge, MA: Cambridge UP.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.