Révolution, retours vers le futur. Notes de recherche sur les négociations pour la relance du périmètre irrigué de la Jezirah, au Soudan

Guillaume Vadot (postdoctorant à l’Imaf, CNRS, guillaume.vadot[at]sciencespo.fr)

La destitution, en avril 2019, du président Omar Al Bashir, au pouvoir depuis trente ans, a donné lieu, outre l’ouverture d’une transition politique basée, depuis la déclaration constitutionnelle signée en août suivant, sur le partage du pouvoir entre civils et militaires, à une libération des imaginaires et de l’expression politiques au Soudan. Cette ouverture, mais aussi la créativité qui l’accompagne, les rapports entre groupes sociaux, la mise en mouvement des identités voire des stigmates, ou encore les menaces qui pèsent sur elle, ont fait l’objet de plusieurs publications récentes dans le champ académique français[1]. Recruté fin 2020 comme chercheur au sein d’un projet qui étudie les syndicats et leurs militant·es[2] dans plusieurs pays sahéliens[3], la richesse de cette période post-révolutionnaire ajoutait à l’excitation de découvrir un pays si complexe, et je mesurais ma chance.

Les quelques lignes qui suivent condensent des observations réalisées alors que j’étais sur mon premier terrain, dans l’État de la Jezirah, entre la mi-mars et la mi avril 2021. À cette occasion, j’ai reçu un appui décisif de l’institut français de recherche au Soudan, le Cedej[4]. Mon investigation porte sur le vaste périmètre irrigué qui domine la région, le Gezira scheme en anglais, dont chacun·e pourra mesurer l’emprise sur le territoire en jetant un œil aux images satellites disponibles (canaux et parcelles sont visibles entre les deux Nils, sous Khartoum et jusque Sennar, sur près d’un million d’hectares). Situé dans une région où les pluies sont rares et erratiques, le périmètre repose depuis son origine dans les années 1920 sur l’utilisation de la déclivité naturelle de la rive ouest du Nil bleu. Plus précisément, mon travail consiste à documenter le processus à travers lequel est en train de renaître un syndicat officiel regroupant l’ensemble des agriculteurs du périmètre, après une phase d’illégalisation par le précédent régime, de fragmentation et de mobilisations. Processus qui peut, à de multiples égards, être considéré comme un témoignage voire une miniature des jeux politiques en cours au Soudan, et en tout état de cause les éclaire depuis une région stratégique mais moins connue à l’extérieur du pays que la capitale ou celles exposées à la guerre civile comme le Darfour ou le Kordofan.

L’idée ici n’est pas de présenter une analyse exhaustive de la quarantaine d’entretiens réalisés à Khartoum, à Wad-Madani (deuxième ville du pays et porte d’entrée dans le périmètre irrigué), à Barakat (où se trouve le siège de l’entreprise publique en charge de ce dernier, le Gezira Board) ou encore lors de différentes visites dans les villages d’agriculteurs. Il s’agit plutôt de présenter quelques éléments de cadrage, qui témoignent des ambiguïtés du Soudan d’après la révolution. Celles-ci proviennent aussi bien des recompositions dans les alliances entre acteurs ou groupes sociaux locaux que des frictions entre leurs conceptions de la révolution et de l’avenir du Gezira scheme. Selon un paradoxe qui n’est qu’apparent, ces tensions entre diverses aspirations rendues possibles ou tout du moins dicibles par la transition politique en cours, consiste aussi en une série de retours, d’acteurs ou de causes auparavant marginalisés, mais aussi de futurs imaginés par le passé mais non advenus[5].

Photo 1. Écluse et jonction entre le canal principal et un canal affluent au village de Beka. Crédit : G. Vadot

Un horizon futuriste sur le retour : le Soudan comme « nouvelle » frontière de l’agriculture en Afrique

Ces derniers mois, le gouvernement soudanais a multiplié les déclarations plaçant la « renaissance agricole », selon l’expression utilisée par le Premier Ministre Abdallah Hamdok lors d’une conférence nationale dédiée à ce thème début mars[6], au centre du nouveau projet de développement du pays. Il faut dire que l’insécurité alimentaire et l’explosion des prix des produits de première nécessité ont été un moteur de la révolution, et restent un enjeu crucial. L’investissement dans le secteur avait été placé au second plan par le régime précédent, qui avait misé d’abord sur la rente pétrolière, puis, après la séparation avec le Soudan du Sud, sur l’or[7]. Au Business forum France-Soudan qui s’est tenu à Paris les 17 et 18 mai derniers, les officiels insistaient au contraire sur le potentiel agricole du pays. Celui-ci, a-t-il était plusieurs fois répété, repose sur la possession de « dix pourcent des terres arables inutilisées dans le monde », mais aussi sur ses ressources hydriques (Nils blanc et bleu, pluies dans les États méridionaux), son ensoleillement et enfin sa localisation, qui en fait une porte d’entrée vers un Moyen-Orient riche et acheteur de viande, de lait, de légumineuses ou encore de produits maraîchers. La levée des sanctions américaines devrait aussi faciliter la relance des exportations de gomme arabique, de coton et de fourrage.

Travailler sur le Gezira scheme, se pencher sur les publications des historien·nes et des anthropologues qui l’ont étudié, amène cependant à mesurer l’ancrage historique et politique d’une telle réorientation, et même à repérer des redondances étonnantes dans les discours. Il y a près d’un siècle, quand le barrage de Sennar, qui alimente les canaux du périmètre, était inauguré en 1925, c’est déjà l’exaltation d’une modernisation agricole qui devait amener le Soudan alors colonie anglo-égyptienne à devenir aussi bien le premier exportateur africain de coton qu’un « grenier » régional qui justifiait le déploiement de ce projet titanesque. Dans les années 1950, alors que l’extension vers Managil était en train de doubler sa surface irriguée, le scheme était sans cesse mis en avant par la tutelle coloniale comme exemple du « développement » apporté par l’Occident et de la vocation agricole du Soudan. En témoigne de manière frappante le film documentaire They Planted a Stone, de Robin Carruthers (1953), qui met en scène les progrès apportés par le périmètre aux habitant·es de la Jezirah, présentés comme des pasteurs nomades pauvres et isolés. Son effet est renforcé par la mise en scène d’une voix off censée émaner d’un tenant du scheme, jeune berger au moment de sa mise en place, qui s’émerveille des changements qui se sont opérés depuis[8].

L’accession à l’indépendance en 1956, au terme de mobilisations auxquelles les organisations d’agriculteurs ont pris une large part[9], y compris celle des tenants (métayers d’État) de la Jezirah, n’a pas empêché ce récit associant modernité et destinée agricole de ressurgir dans la deuxième moitié des années 1970. Le régime militaire de Gaafar Nimeiry l’a en effet largement mobilisé pour justifier ce que l’on appelait alors la « breadbasket strategy », qui a vu la mise en place de nouveaux périmètres irrigués et un effort public pour la mécanisation agricole ainsi que la formation d’agronomes soudanais[10]. Enfin, comme le notait la Banque mondiale en 2011[11], le Soudan a constitué une cible privilégiée de la ruée sur la terre qui a suivi, à l’échelle internationale, la crise financière de 2007-8.

Si elle se dit désormais avec des termes associés aux technologies numériques, aux big data ou encore à l’usage de drones, l’évocation d’un futur (ou d’un futurisme) agricole a donc une longue histoire derrière elle au Soudan – et le Gezira scheme en constitue de longue date le principal support. Elle a d’ailleurs été constituée en objet de recherche dès la fin des années 1980, d’abord par une anthropologie culturelle qui a cherché à rendre compte de son efficacité symbolique pendant la colonisation, comme mise en scène de la puissance d’agir de l’administration britannique et de la prétendue arriération des habitantes et habitants du Soudan[12]. Les travaux portant sur les décennies qui ont suivi l’indépendance ont mis en exergue les rapports de pouvoir qui sous-tendent ces grands projets de développement, où l’agitation d’un horizon modernisateur cache des formes persistantes de dépossession vécues par les riverain·es et les petits cultivateurs et cultivatrices[13].

En ce qui concerne la présente recherche, plusieurs observations de terrain se rattachent à une série de questions que la sociologie politique peut se poser face à la résurgence régulière de cet horizon modernisateur : à savoir, quelles traces concrètes a-t-il laissé dans la société politique soudanaise ? Qu’est-ce qui, dans la structuration des formations et des catégories socio-professionnelles par exemple (la puissante association des ingénieurs agricoles a ainsi pris une part active dans la mobilisation révolutionnaire de 2019), dans l’histoire du syndicalisme paysan, dans les modalités de production et de diffusion des savoirs agricoles en vigueur au Soudan ou encore dans les interactions routinières entre fonctionnaires, entreprises et cultivateurs, témoigne de cette orientation politique résiliente et a pu contribuer à sa réactivation au cours de la dernière séquence ?

Photo 2. Une quinzaine de kilomètres au Nord de Wad-Madani, sur la route venant de Khartoum, ce panneau indique l’emplacement du premier centre d’essai en vue de l’implantation de la culture irriguée du coton dans la Jezirah, au sein du village de Kerkouj. Il a été financé par les habitant·es de ce dernier.  Crédit : G. Vadot

Unanimisme et dissensions dans la Jezirah d’après la révolution

Se poser le type de questions énumérées ci-dessus peut permettre d’éclairer les prises de position politiques et la configuration des rapports de forces qui prévalent à ce stade dans le cadre des négociations en cours pour la relance du périmètre irrigué. Dans la Jezirah dans laquelle j’ai mis les pieds, une trame commune se dégageait des récits collectés au sujet de l’histoire récente du scheme et des problèmes à résoudre. Des tenants dans leur diversité aux dirigeants de l’entreprise publique en passant par les scientifiques du Centre de recherches agricoles (ARC, dont le siège national se trouve à Wad-Madani) ou encore par l’administration, une quasi-unanimité[14] se dégageait pour dénoncer les dommages causés par la loi de libéralisation adoptée en 2005 par le régime islamique. Celle-ci comprenait comme mesures phares l’abolition du calendrier cultural imposé jusque là (chacun était devenu libre de choisir ce qu’il voulait faire pousser), la possibilité de céder ses terres en location ou encore la décentralisation du système d’entretien et de gestion du réseau d’irrigation, confié à des groupes de cultivateurs constitués à l’échelle de chaque canal secondaire[15]. Le terrain a alors été marqué par la dénonciation des inégalités entre tenants creusées par cette réforme, mais aussi des licenciements massifs qu’elle a servi à justifier au sein de l’entreprise Gezira Board (plus de 3000 postes ont été supprimés) et de la mise à l’écart de l’ARC et de la prestigieuse faculté d’agriculture de l’Université de la Jezirah, ces centres de formation et de recherche historiquement impliqués dans le périmètre.

Photo 3. Une parcelle entièrement consacrée à la culture de la carotte (avril 2021). Cette dernière ne fait pas partie des plans culturaux établis par le Gezira Board et constitue une marque des marges de manœuvre laissées aux tenants dans le cadre de la libéralisation du périmètre. Crédit : G. Vadot

Ces contestations de la loi de 2005 et les mobilisations concrètes qui les ont portées depuis une quinzaine d’années se sont largement nourries de la remobilisation du registre modernisateur dont on a retracé l’histoire. Signe de la force de légitimation que conserve ce dernier, les entretiens sont traversés du souci d’entretenir la mémoire des grandes étapes qui ont ponctué la mise en place d’un schéma intégré, reposant sur un encadrement public et scientifique des activités agricoles, que le précédent régime aurait fragilisé. La réforme de 2005 est alors critiquée aussi bien au nom de la rationalité scientifique que comme transgression d’une tradition propre au scheme, présentée comme constitutive de l’histoire régionale, à l’image de ces propos tenus par le nouveau président du conseil d’administration (PCA) du périmètre :

You see, we have to rectify the mistakes of 2005 Act. (…) You know that the scheme was established in a scientific… on scientific ideas. This Gezira scheme has almost one hundred years now. This scientific basis of the scheme… we are going to continue this tradition to use science in the scheme. So we have to adopt the technical measures needed, and for all of that we depend on the researchers on the scheme. That is, what we call the Agricultural Research Center in Gezira, founded 1918.

Quelles sont donc les ambiguïtés, les divergences de vues ou d’intérêts, que cachent ces références communes à un passé désormais mythifié mais aussi à la révolution qui a permis de se reconnecter à lui ? Tout en présentant ci-dessous les principales lignes de fracture que l’enquête a permis de repérer à ce stade, il convient de souligner à quel point cette tension entre unanimisme et expressions du dissentiment a marqué le terrain, et semble constituante du Soudan en transition – et peut-être des situations post révolutionnaires en général, où l’on peut voir circuler une espèce particulière de capital social[16]. En commençant chaque réunion, chaque conférence par une minute de silence pour les martyrs des mobilisations de 2019, en rattachant chaque prise de position à l’engagement individuel ou collectif au sein de ces dernières ou de luttes plus anciennes mais présentées comme ayant préparé la révolution ou se rattachant à un registre historique des révolutions soudanaises, les acteurs et actrices entretenaient sans aucun doute ce « capital révolutionnaire » en ce qui les concerne[17]. Ils et elles contribuaient aussi à masquer, faute de pouvoir encore les arbitrer, un certain nombre d’alternatives politiques qui sont aujourd’hui ouvertes et seront décisives pour l’avenir du Gezira scheme.

Photo 4. Portraits muraux de martyrs de la révolution de 2019 sur le campus de Nishishiba, principale implantation de l’Université de Wad-Madani. Crédit : G. Vadot

Retour de l’investissement étranger et ambiguïtés de la modernisation agricole

En passant, à quelques semaines d’intervalle, de Khartoum à la Jezirah et enfin à l’observation d’un sommet diplomatique et commercial à Paris (le business forum déjà mentionné), on ne peut manquer d’être frappé par la variation des discours tenus d’une arène de négociation à l’autre. Devant la délégation d’investisseurs et de chefs d’entreprises français réunis à Paris, le Gezira scheme faisait certes partie des « opportunités issues du secteur agricole » présentées, mais le rôle assigné à l’autorité publique était tout autre que celui dessiné par l’imaginaire modernisateur présenté ci-dessus. Il consistait plutôt à « engager rapidement les réformes qui rendront la vie plus facile [aux investisseurs étrangers] », dans les mots du Ministre des finances soudanais ce jour-là. En particulier, il s’agit de supprimer les barrières à l’import comme à l’export, de réformer un système bancaire pour l’instant largement structuré par les règles de la finance islamique, et de faciliter la création d’entreprises.

De leur côté, les potentiels apporteurs de capitaux européens ou américains, quand ils s’intéressent au Soudan, n’ont certainement pas en tête de s’atteler à la relance d’un mastodonte du développement public comme le Gezira scheme, dont la taille et la complexité dépasse leurs capacités d’intervention. En entretien, aussi bien le responsable commercial d’une entreprise française spécialiste de l’agriculture en Afrique que le conseiller économique de l’ambassade de France à Khartoum, ou encore le chef de projet d’une grande ONG internationale spécialisée dans l’expertise pour le secteur agricole, mettent en avant les vertus de la concentration des moyens à une échelle plus restreinte, en misant sur de petits groupes d’agriculteurs dont ils pourraient accompagner la montée en rendements.

Cette contradiction est l’expression la plus visible d’une alternative politique plus profonde, entre recentralisation publique et libéralisation du périmètre, que l’exaltation des possibles ouverts par la révolution de 2019 a tendance à mettre en sourdine dans les arènes internationales ou à Khartoum. L’option libérale était déjà au centre des recommandations du rapport rédigé par une mission de la Banque mondiale en 2000[18], qui suggérait de confier au privé toute une série de fonctions assurées jusque là par le Board, de transférer la gestion de l’irrigation aux agriculteurs mais aussi – mesure que la réforme de 2005 n’a pas suivie – de diviser par trois le nombre de tenants, de cent-vingt mille à quarante mille, afin d’augmenter les surfaces. Cette alternative recouvre aujourd’hui des frictions plus spécifiques, qui la redoublent en soulevant chaque fois le même enjeu constitué par le niveau de centralisation du périmètre, et donc le rôle dévolu à l’entreprise historique : faut-il réimposer un calendrier cultural strict et surveillé, alors que nombre d’investisseurs se présentent avec des projets visant le développement d’une filière spécifique (le blé, les oignons, le fourrage, etc.) ? Faut-il recentraliser le parc matériel et son entretien, alors que le marché de la mécanisation agricole s’est développé rapidement dans le périmètre ? Peut-on rendre à l’ARC et aux ingénieurs du scheme le monopole de la diffusion des savoirs agronomique, alors que l’expertise privée en agriculture a connu un développement si rapide à l’échelle internationale, et constitue bien souvent la première modalité de ce retour de l’Occident que la majorité des acteurs locaux appellent de leurs vœux ?

Il faut le souligner en effet, cette tension entre différentes conceptions du développement ne saurait être réduite à un jeu de dupe, mené contre et à distance des groupes sociaux locaux et de leurs représentants. L’enquête de terrain, au contraire, a permis de relever de multiples expressions des expectatives associées en ce moment à l’ouverture du pays, et au retour supposé des opportunités de connexion à l’international. Cela s’exprimait notamment à travers les multiples casquettes prêtées à l’enquêteur. Malgré mes explications sur le caractère purement académique de ma démarche, j’ai été vu alternativement comme le réprésentant d’une entreprise ou de l’ambassade françaises, un envoyé de la FNSEA (le principal regroupement d’agriculteurs en France)… et même du parti communiste de mon pays[19] ! L’idée qui s’imposait ici, compréhensible au regard des enjeux actuels et de l’histoire du périmètre, est que ce dernier ne pouvait que susciter la convoitise des nouveaux partenaires occidentaux, à présent que ceux-ci revenaient briser la mainmise qu’avaient acquis les pays du Golfe et la Chine sous le précédent régime.

Photo 5. Stock de coton en souffrance aux portes d’une usine d’égrenage possédée par un homme d’affaire proche du précédent régime. Hasaheisa, mars 2021. Crédit : G. Vadot

Au-delà de l’anecdote – par deux fois, des enquêtés agronomes m’ont proposé de nous associer pour commercialiser des semences qu’ils ont sélectionné pour leur compte dans le cadre de micro-entreprises – ces interactions témoignent du foisonnement des stratégies d’extraversion[20] qui sont en train d’être (ré)élaborée depuis la Jezirah. Aussi bien, d’ailleurs, par les chercheur·ses et expert·es, les dirigeants de l’entreprise publique, que par les responsables syndicaux des tenants et des ingénieurs agronomes. Si le jeu semble pour l’instant relativement ouvert, en suivre l’évolution constitue indubitablement un volet de la présente recherche, pour mesurer sa contribution à la fabrique de la nouvelle réforme du scheme, dont les négociations vont bon train et qui a déjà été repoussée, faute de consensus, de 2020 à la fin de l’année 2021. Sur place, les tentatives réelles ou supposées de nouer de nouveaux partenariats internationaux suscitent d’ores et déjà la méfiance. Celle-ci était exprimée notamment par les cultivateurs moins connectés et par le groupe de jeunes militant·es du comité de résistance de Wad-Madani[21], créé fin 2018 dans le cadre des mobilisations contre le régime d’Omar Al Bashir : tous dénonçaient « la politique » qui se mène à Barakat (où se trouve le siège du Board) ou à Khartoum, à distance des intérêts des couches populaires de la région.

De l’exil aux responsabilités : le retour d’une élite politique

Le troisième des « retours » permis par la transition politique en cours est celui de militant·es politique de gauche de premier plan, que l’arrivée au pouvoir des islamistes avec le coup d’État de 1989 et leur politique répressive avaient contraint à l’exil. Il y a là un processus national, parfois préalable à la révolution de 2019 elle-même, et qui n’a pas encore fait l’objet d’une étude systématique par les chercheuses et chercheurs spécialistes du Soudan. Le Premier ministre lui-même, Abdallah Hamdok, a pris ses fonctions après presque trois décennies d’une carrière internationale, commencée avec son exil au Zimbabwe au début des années 1990. Dans la Jezirah, aussi bien le nouveau PCA de l’entreprise gestionnaire du périmètre, cité plus haut, que le gouverneur de la Province, ont suivi ce type de trajectoire – aux Etats-Unis pour le premier et en Arabie Saoudite pour le second. L’autre homme fort à l’échelle régionale, l’actuel directeur général du scheme a, lui, été nommé par l’exécutif fin 2020 après une mobilisation des tenants pour dénoncer la proximité de son prédécesseur avec le précédent régime[22]. Tous trois sont, en outre, des natifs de la Jezirah.

Si ce renouvellement élargi du personnel politique est un témoignage de la profondeur de la transition politique en cours, il ne faut pas exagérer les ruptures que représentent pour ces nouveaux dirigeants politiques leur départ puis leur retour. L’exil, en l’occurrence, n’était pas une coupure. Il a même pu préparer les prises de responsabilités dont il est ici question, à l’image de ce qui a pu être étudié pour la Tunisie[23]. Cela à la fois parce que l’étau répressif s’est desserré dans les années 2000 et a permis plusieurs reconnexions ou entrées et sorties, à l’image de la trajectoire du principal opposant à Omar Al Bashir, Saddiq Al-Mahdi[24], mais aussi parce que les engagements politiques se sont poursuivis à l’étranger. Dans les cas qui nous intéressent, l’exil n’a, pour le moins, pas empêché de se constituer une stature de figures de l’opposition au cours politique imposé par le précédent régime au Gezira scheme. Des liens militants ont pu être entretenus, notamment avec les dirigeants du Front paysan uni (Tahâlouf al-muzarein, généralement traduit par « Farmers’ alliance » en anglais), une large coalition politique regroupant depuis le début des années 2000, au sein du périmètre, tous les courants qui s’opposaient aux réformes et à la cooptation du syndicat historique (Ittihâd al-muzarein, pour « Union des paysans ») par le régime. La distance permettait également de publiciser ces luttes et de dénoncer le démantèlement en cours du périmètre, à l’image des nombreux (et très bien informés) articles publiés sur le site d’information militant Dabanga, dont les rédacteurs sont installés aux Pays-Bas, ou encore des pamphlets et du livre publié en arabe par Saddiq Abdelhadi Abuashara, l’actuel PCA du scheme, qui décrit la loi de 2005 comme un « crime »[25].

Reste que ce troisième type de retours permis par les mobilisations révolutionnaires de 2018-9, qui conduit aux responsabilités une génération politique forgée par la révolution d’avril 1985 (contre Nimeiry) et le coup d’État de 1989, est susceptible d’entretenir des clivages dans la Jezirah d’aujourd’hui et demande de ce fait à être observé dans la durée. Outre des engagements politiques de longue date, ce changement consacre en effet des compétences professionnelles (dans un cabinet de conseil, des sociétés d’assurance ou encore des associations de défense des Droits de l’Homme, pour les enquêtés concernés) et un capital social acquis à l’international qui constitue une ressource rare dans l’arène locale. Ces recompositions du personnel politique demandent à être étudiées au même titre que celles provoquées par la marginalisation relative des anciens responsables, d’autant plus dans une région où l’enracinement constitue un registre de légitimation très usité. A cet égard, la résurgence de ce qui constitue la principale cause politique historique dans la Jezirah peut faire figure de test.

La terre : retour et reformulation d’une cause historique

« Il va y avoir de la bagarre, vous allez regretter d’être venus ! ». Nous sommes le jeudi premier avril au matin, dans l’amphithéâtre d’honneur de l’Université de la Jezirah, qui apporte son patronage à l’événement. Plus tôt, pendant qu’une assistance de plus de cent cinquante personnes arrivait progressivement, les officiels (dont le PCA et le gouverneur civil, mais aussi le représentant de l’armée dans la région) ont patienté dans un salon VIP, autour de rafraîchissements, s’échangeant contacts et anecdotes. L’homme qui s’exprime ainsi, juste avant le début de la conférence, est membre d’une association de propriétaires de terres (mulak) dans le périmètre irrigué. Il s’adresse à un tenant, militant de Tahâlouf al-muzarein, dont le porte-parole sera contraint quelques minutes plus tard d’interrompre son intervention sous les invectives, les slogans et même une manifestation improvisée dans les travées de l’amphithéâtre. Les deux camps sont réunis ce jour-là à l’initiative du premier, qui est le plus en force et s’est mobilisé depuis plus d’un an pour obtenir la tenue de ce « workshop » sur la question qui le préoccupe : le règlement du litige foncier qui oppose les familles de propriétaires antécédents à l’administration et aux agriculteurs du Gezira scheme. Selon la loi d’établissement de ce dernier en 1927 en effet, 42 % des terres initialement enregistrées comme relevant du périmètre appartenaient à des habitants de la région, le reste étant déclaré vacant et inscrit dans le domaine public. L’administration britannique avait alors distribué des titres de propriété aux mulak, et leur avait garanti, pour quarante ans, un loyer annuel en échange de la transformation de leurs parcelles en hawasha (« clôture », « terrain enclos »), autrement dit l’unité foncière concédée à un métayer et strictement supervisée par l’entreprise[26]. À l’expiration du bail en 1967, aucun autre contrat n’a été signé et ces anciens propriétaires n’ont plus été dédommagés, laissant un vide juridique autour de leur statut.

Photo 6. Agitation des mulak, ces propriétaires terriens qui réclament d’être dédommagés par l’entreprise Gezira Board, lors d’une conférence à l’université de Wad-Madani le 1er avril 2021. La banderole indique  « Comité d’initiative des possesseurs de terres en pleine propriété / Périmètres de la Gezira, de Managil, d’Al-Hurga et Noureddine[27] / Sous-comité d’Hasaheisa. Crédit : G. Vadot.

Ce problème des terres au sein du Gezira scheme recouvre depuis lors une controverse politique majeure, relevée par les rapports de la Banque mondiale en 1966 comme en 2000[28]. Celle-ci est d’autant plus complexe que le processus de titrisation réalisé en 1927 ne concerne finalement qu’une petite partie du périmètre actuel, du fait des extensions successives (un peu plus de 100 000 hectares sur près de 900 000), si bien que l’effectif des ayant-droits potentiels est presque impossible à circonscrire. Cette émission de titres fonciers n’était elle-même pas allée sans tensions et malentendus, certaines familles ayant refusé de s’y plier, ou, afin d’économiser sur les taxes exigées pour l’enregistrement, s’étant fait faire un titre collectif, parfois sous le nom d’une notabilité locale[29]. Par la suite, la transmission de ces titres d’une part, mais aussi des hawasha d’autre part, sur trois voire quatre générations, a contribué à tisser une toile de droits et de revendications toujours plus difficile à démêler. L’entreprise a finalement fixé une superficie minimale de 1,5 feddan (0,63 hectares) pour chacune des cinq parcelles qui composent une hawasha, afin de limiter ces divisions, et imposé en 2017 que toute transmission passe désormais devant un tribunal[30]. Elle ne peut cependant empêcher que plusieurs familles travaillent souvent sous un même nom, par exemple celui d’un parent commun, ni que nombre de tenants vivent en réalité en ville et confient, dans le cadre d’accords officieux, leur exploitation à des membres des communautés de déplacé·es venu·es par vagues successives de l’Ouest du pays s’installer aux abords des villages du périmètre.

En reconnaissant aux tenants non pas la pleine propriété de leur hawasha, mais la possibilité de la céder en location, et en proposant des dédommagements (qui n’ont finalement pas été versés) aux mulak, la loi de 2005 avait dessiné une solution aux problèmes des terres qui reposait sur le recul des principes de propriété publique du sol au sein du scheme et d’homogénéité de la superficie cultivée par les métayers. Au début des années 2010, Tahâlouf a néanmoins gagné une série de procès intentés contre ces contrats de cession, qui avaient bénéficié à de petits investisseurs privés soudanais, parfois suspectés d’être des prête-noms pour des caciques de l’ancien régime[31]. Sur ce plan, la réforme a donc été bloquée dans les faits avant même sa suspension en 2019, et la question de la terre constitue l’un des principaux points d’achoppement des négociations en cours pour parvenir à un nouveau statut du périmètre.

Les lignes de fractures constatées à ce sujet sur le terrain recoupent largement les divisions entre partis politiques. Les responsables communistes insistent sur la nécessité de sauvegarder la propriété publique des terres, tout en sécurisant le statut d’usufruitier des tenants, quitte à débouter les gros propriétaires antécédents. Leurs homologues du Parti démocrate unioniste et du Parti umma parlent de dédommagement pour ces derniers et de transfert de propriété envers les métayers. Ces divisions reflètent cependant aussi les positions occupées, puisque les cadres de l’entreprise publique plaident plus souvent pour le maintien du maximum de prérogatives à cette dernière, et que des tenants qui se revendiquaient de l’aile gauche de Tahâlouf, représentée pourtant par des militants communistes, m’ont affirmé espérer la reconnaissance pleine et entière de leurs droits sur leur hawasha. Les mulak, quant à eux, sont divisés quant à leurs revendications, entre rachat définitif, reprise de la location de leurs terres, ou même compensation foncière au sein des nouveaux espaces que le gouvernement souhaite dédier à la mise en valeur agricole. Il faut voir, là aussi, un témoignage de leur propre fragmentation au plan des situations sociales : lors de la conférence du premier avril, les propriétaires présents pouvaient être aussi bien des avocats ou journalistes dont les familles se sont installées de longue date à Khartoum que des tenants du périmètre, désireux de récupérer la pleine jouissance de leur hawasha ainsi que de parcelles voisines enregistrées comme leurs en 1927.

Mais ce n’est pas tout. Malgré le haut niveau de complexité représenté par cette confrontation entre des revendications appuyées sur différents principes de légitimation – par l’occupation antécédente, par le droit, par l’occupation et le travail effectifs de la terre – ce panorama doit encore être complété par une autre question sociale et politique majeure qui traverse aujourd’hui la Jezirah. Il s’agit de la présence, avant tout au sein du périmètre, de plusieurs centaines de milliers (certaines sources parle de deux millions et demi[32]) de personnes originaires de l’Ouest du Soudan (Darfour  du Nord, de l’Ouest et du Sud, Nord et Sud Kordofan), déplacées par les violences mais aussi la sécheresse de 1983. Désignés de manière initialement péjorative comme Kanabi (littéralement les « habitant·es du camp »), ils, et le plus souvent elles, constituent la main-d’œuvre quotidienne des tenants pour les étapes de culture intensives en travail comme les semis, le sarclage, les récoltes ou encore le glanage. Cette population, dont on trouve trace dans la littérature secondaire mais aussi dans les archives de l’entreprise dès la période de lancement du projet[33], époque à laquelle son rapport au Gezira scheme reposait avant tout sur des migrations saisonnières, s’est trouvée au tournant des années 1980 au cœur d’une discussion théorique sur les rapports de classe et la pénétration du capitalisme au Soudan[34]. Elle est aujourd’hui engagée dans une série de relations contractuelles (mais non reconnues juridiquement, et très peu documentées par la littérature disponible) avec les tenants, qui vont de la location directe d’une hawasha au simple travail journalier, et s’accompagnent de prises d’initiatives dynamiques dans l’élevage ou le petit commerce. Ses lieux d’installations se trouvent en outre à l’écart des infrastructures disponibles dans les villages d’agriculteurs du scheme, et si celui auquel on me laisse finalement accéder pour une visite possède une école et un accès relatif à l’électricité, il a dû se déplacer sur son site actuel au début des années 1980 à la suite de l’incendie du premier « camp » par un groupe de tenants[35]. Surtout, les Kanabi n’ont actuellement aucun droit sur la terre, qui constitue le principal enjeu de leur mise en représentation politique[36].

Sur le terrain, j’ai cessé de compter les fois où l’évocation de cette situation suscitait la fermeture voire l’agressivité de mes interlocuteurs (qui désignaient parfois ces déplacés comme des étranger·ères tchadiens ou nigérians), ou de longues digressions sur le fait que ces clivages appartenaient au passé. Et, si les quelques militants de l’aile gauche de Tahâlouf que j’ai rencontrés spécifiaient justement leur position à travers la reconnaissance de la situation faite à cette population, la solution doit à leurs yeux reposer sur une extension des services sociaux proposés par l’entreprise publiques à tous les habitant·es du scheme, et non pas dans l’ouverture d’un accès à la propriété du sol. Quoi qu’il en soit à l’avenir, la présence des Kanabis rattache le problème historique du statut de la terre au sein du scheme aux grands enjeux politiques qui se discutent en ce moment à l’échelle nationale.

Photo 7. Un déplacé « Kanabi »  pêche dans un réservoir d’irrigation aménagé par des tenants pour lesquels sa famille travaille. Environs du village d’Al-Kumur, mars 2021. Crédit : G. Vadot

Le retour en poste des déboutés de l’entreprise publique : la réinstauration problématique d’une catégorie sociale dominante à l’échelle locale

Quand le géographe italien Stefano Turrini, présent sur le terrain il y a trois ans à peine, décrit le siège de l’entreprise publique gestionnaire du scheme à Barakat, il souligne avec insistance son aspect décrépi. Il mentionne, de manière un peu forcée, la « grande cour déserte », les « gardiens endormis » à la guérite, des ordinateurs « éteints ou recouverts de sable » et encore « des employés [qui] cherchent à tromper l’ennui sur leurs applications de messagerie instantanée »[37]. Visiter Barakat en 2021 vous amène tout de suite à remarquer le contraste saisissant entre ce que le Board était à la veille de la révolution et ce qu’il est en train de redevenir. Les locaux que j’ai vu avaient été entièrement repeints, la grande cour était en train d’être réhabilitée et surtout, l’ensemble fourmillait d’activité. Pas autant, sans doute, qu’au milieu des années 1980, quand l’entreprise était à son apogée et employait près de dix mille personnes, réparties entre les différents services du siège et ses implantations de terrain dans les dix-sept zones du scheme, qui couvrent chacune des dizaines de bureaux (taftîsh, pour « inspection »). Mais la nouvelle direction s’est d’ores et déjà engagée à rendre leur poste à l’ensemble des licencié·es de la période post-2005 qui sont encore en âge de travailler. Selon un manager, l’effectif pourrait alors dépasser à nouveau les trois mille salarié·es.

Photo 8. Façade principale du siège récemment réhabilité du Gezira Board à Barakat (mars 2021). Crédit : G. Vadot

Amorcée par le haut, cette reconstruction en apparence consensuelle du board ne va en réalité pas sans difficultés. On peut en effet se demander comment l’entreprise parviendra à se rééquiper (le gouvernement a certes déjà procédé à plusieurs dons de matériel en sa faveur depuis un an) et à se financer, alors que la légitimité des taxes qu’elle prélève sur les agriculteurs était sans cesse remise en cause par ces derniers en entretien. Leur très probable augmentation pour financer la recentralisation du scheme s’annonce ainsi comme une gageure. On peut s’interroger aussi sur la façon dont elle réussira à remettre la main sur les services qu’elle fournissait historiquement aux tenants (apport des semences et du reste des intrants, curage des canaux, entretien et mise à disposition des machines agricoles nécessaires notamment pour les récoltes) et qui sont depuis une vingtaine d’année toujours plus pris en charge par des opérateurs privés, à commencer par certains métayers eux-mêmes (ceux qui ont pu acquérir un tracteur ou une pompe les louent, accentuant le fossé avec leurs pairs).

Dans les villages de cultivateurs, aujourd’hui, la présence des agents du Board a nettement reculé, mais commencer par se présenter au mufattish (l’inspecteur, en charge du taftîsh) demeure une obligation, rappelée chaque fois à l’enquêteur. Le protocole s’arrête là cependant, et la défiance, voire l’hostilité envers cet encadrement de terrain, au demeurant classique dans ce genre de configuration, émaillait mes entretiens avec les tenants. Le précédent régime s’était d’ailleurs appuyé, déjà, sur ce sentiment pour justifier sa réforme de 2005, en qualifiant le board de « fardeau » pesant sur les cultivateurs et le budget de l’État soudanais[38]. La thématique du fardeau bureaucratique est d’ailleurs très ancienne dans la Jezirah[39], ses premières formulations remontant à l’administration britannique. Elle constitue une récurrence de la littérature en économie du développement portant sur le périmètre[40]. Tout en se situant évidemment à distance de cette discussion idéologique, les tenants que j’ai rencontrés n’hésitent pas à expliciter leur refus de voir le nombre d’inspecteur revenir à ce qu’il était (trois par taftîsh) et, tout en exigeant le retour de l’appui public en intrants et en machines, à dénoncer ces agents comme inutiles, voire corrompus et parasitiques. « Même un mufattish c’est déjà trop », me lance ainsi au nez de son inspecteur un métayer du village d’Hadj El Nour, avec l’approbation des cinq autres cultivateurs présents. Plus tard, un tenant dont la hawasha, située dans les environs de la ville de Managil, manque d’eau depuis que les libertés accordées à ses homologues installés en amont du petit canal censé l’alimenter leur ont permis de se saisir de la plupart de la ressource disponible, consacrera l’intégralité de notre échange à dénoncer son mufattish comme corrompu par ces gagnants de la réforme. Pour lui comme pour plusieurs autres, l’aboutissement de la révolution de 2019 devrait être de forcer ce type d’agents à la démission, et de soumettre leurs arrangements au même genre d’enquêtes que celles qui visent les affaires des proches de l’ancien régime. Le comité de résistance de Wad Madani, me dit un jeune militant de Tahâlouf, a d’ailleurs entrepris cette investigation, sans débouché concret à ce stade.

Ainsi, s’il existe indéniablement un large courant de pensée en faveur de la reconstruction du périmètre, le type de réformes à entreprendre pour cette relance fait l’objet d’interprétations diverses et polémiques. L’enjeu que représente la réinstallation de cette catégorie sociale constituée par les clercs de l’entreprise publique est crucial pour la redéfinition des rapports sociaux dans la Jezirah, alors que les tenants, quels que soient leurs besoins et leur dépendance vis-à-vis de l’entretien du périmètre, ne sont plus, depuis longtemps déjà, de nouveaux agriculteurs fraîchement installés et découvrant les cultures qui leur sont proposées. En ce sens, les discours sur la nécessité d’une administration rationnelle, informée par la science, que portent les diverses catégories de professionnels qui gravitent autour du périmètre, peuvent aussi être vus comme une façon de promouvoir un certain type de relance du scheme, où ces dernières retrouveraient une place prépondérante. À ce stade, la question de savoir si cette dernière pourra reposer sur une vaste alliance sociale au sein de la Jezirah reste donc ouverte.

Une reconstruction syndicale en tensions : retour à la légalité, inclusions et exclusions

Le dernier nœud de tensions qu’il faut ici mettre en exergue se présente également sous les traits d’un retour disputé. Il s’agit des négociations qui se mènent actuellement autour de la remise en marche de l’Union des paysans (Ittihâd al-muzarein) de la Jezirah, l’organisation représentant historiquement les tenants auprès de l’entreprise et des autorités. Si celle-ci m’a été presque systématiquement présentée par les syndicalistes du périmètre comme l’héritière des luttes paysannes et anticoloniales menées à partir de 1952, il faut la voir également, suivant l’analyse de l’historienne Anna Clarkson, comme le résultat d’un lent processus de domestication réciproque entre les cultivateurs et le Gezira board[41]. Au fil des années, l’Union était devenue une puissante coopérative, dotée d’un immeuble à Wad Madani où travaillaient ses permanents et où se tenaient les réunions importantes – comme c’est de nouveau le cas aujourd’hui. L’union détenait également une laiterie et une filature de coton, dont les bâtiments désaffectés sont visibles depuis la route en arrivant à Barakat ou en allant vers Hantub, au Nord-Est de la capitale régionale.

Depuis la fin des années 1990, la remobilisation de la mémoire militante associée à l’Union, dans sa version la plus combative, a constitué l’un des carburants de la lutte contre ce qui apparaissait à de nombreux tenants comme l’abandon du scheme par le précédent régime. Les entretiens menés au sujet de cette histoire récente des mobilisations d’agriculteurs dessinent ici une trame commune mais qui doit encore être consolidée par un prochain terrain. Il apparaît que le Front paysan uni (Tahâlouf al-muzarein), mentionné plus haut, a été créé clandestinement entre 2001 et 2003, alors que les courants politiques qui le composent, dans leur diversité, avaient tous été exclus de la direction de l’Union. Dans les années 2000, il lutte contre ce qu’il considère comme une privatisation du périmètre, et développe son ancrage dans de nombreux villages d’agriculteurs, en prenant part aux conflits locaux mais aussi en s’appuyant sur le soutien d’un important leader religieux soufi de la région, le sheikh Abdallah de Taïba. Trois congrès se tiennent dans le village de ce dernier au Nord du périmètre, où réprimer aurait un coup politique important pour le régime.

Photo 9. Le wali (gouverneur) de l’État de la Jezirah vient témoigner son respect au Sheikh Abdallah de Taïba, le 10 avril 2021. Crédit : G. Vadot

Après 2014, la dissolution par décret de l’Union, justifiée par l’entrée en fonctionnement des associations décentralisées de cultivateurs prévues par la loi de 2005, et plus généralement le mécontentement grandissant parmi les tenants vis-à-vis des conséquences de la libéralisation en cours, permettent à Tahâlouf de se renforcer. En 2017, son quatrième congrès se tient dans le village natal du fondateur de l’Union, figure historique du militantisme paysan au Soudan, Al-Amine Muhammad Al-Amin. La déclaration qui en est issue dénonce « le capitalisme parasitique et la corruption gouvernementale » qui étouffent les métayers, et appelle les tenants à refuser de payer les taxes sur l’eau dues au board[42]. Elle est soutenue par la quasi totalité des partis d’opposition et de nombreuses associations de la société civile. La répression qui s’ensuit ne fait qu’accélérer la mobilisation : alors que l’arrestation de dirigeants du Front est dénoncée dans les universités de Khartoum et de Wad Madani par l’organisation des « Fils de Tahâlouf » (animée par des enfants d’agriculteurs), les violences policières subies par ces derniers débouchent sur une « marche blanche » sur Khartoum mobilisant des centaines de cultivateurs en 2018. La mobilisation prend également la forme de distributions de pamphlets sur les grands marchés de la Jezirah[43]. Ainsi cette région rurale et qui se classe parmi les États « riverains » au sein du Soudan, autrement dit ceux considérés comme centraux dans la construction historique du pays[44], a-t-elle pris une large part au climat d’insubordination grandissant qui a marqué les derniers mois du régime d’Al Bashir, en constituant un foyer spécifique d’opposition.

La configuration nouvelle qui s’est ouverte, depuis la fin 2019, avec le lancement d’un processus de refondation de l’Union des paysans de la Jezirah, rebat cependant profondément les cartes pour les divers acteurs de la large coalition défensive qu’était Tahâlouf. Sur demande du gouvernement civil et à l’image de ce qui a été exigé de l’ensemble des « associations professionnelles » qui, jusque là, constituaient la forme privilégiée du militantisme syndical au Soudan[45] et dont la coordination a constitué le fer de lance de la révolution, un « comité de préfiguration » de la future organisation officielle a été mis en place. En l’absence de processus électoral – celui-ci doit intervenir ultérieurement, pour choisir les représentants de l’Union refondée, mais sa date n’est pas encore arrêtée – les membres de ce comité ont été choisis parmi les principaux dirigeants de Tahâlouf, à travers une liste de 25 noms composée par le sheikh de Taïba[46]. Si cette dernière a été validée sans modification par le gouvernement, elle ne fait pas l’unanimité, et l’un des représentants est même accusé par d’autres d’être un proche de l’ancien régime. À l’autre bout de l’échiquier politique, la délégation du parti communiste, composée de quatre membres, s’est divisée et deux d’entre eux ont choisi de refuser de participer à ce qu’ils considèrent comme une tentative de restreindre le programme revendicatif de Tahâlouf. Réciproquement, la polémique fait rage autour du sort à réserver à ce front désormais fissuré : si une majorité considère qu’il a fait son temps, d’autres, y compris des métayers ou des jeunes n’appartenant pas au parti communiste, voudrait en conserver les instances et la capacité de mobilisation afin de garder un moyen de pression sur les autorités. D’ores et déjà, on peut entendre dans les villages du périmètre des dénonciations des prétendues compromissions ou des affaires que les membres du comité de préfiguration mèneraient pour leur compte. Le processus de légalisation suit néanmoins son cours et doit aboutir, à terme, à la réinstallation d’une organisation représentée jusque dans chaque taftîsh du périmètre.

Les observations contenues dans cet article constituent une première photographie d’un processus politique en train de se faire, particulièrement complexe et qui, étant donné l’emprise spatiale du Gezira scheme, se déploie à l’échelle de l’ensemble d’un État du Soudan. Ses implications sont et seront nationales, à la fois parce qu’elles constitueront un témoignage crucial de l’orientation politique finalement adoptée par le gouvernement d’Abdallah Hamdok et parce que les équilibres sociaux qui se négocient dans la Jezirah réfractent ceux du pays, à travers la place faite aux revendications paysannes, à celle des catégories éduquées ou encore aux populations originaires de l’Ouest. Sans que le sujet n’ait fait partie des préoccupations mises en avant par les enquêté·es quels qu’ils et elles soient, probablement du fait de l’intensité des enjeux locaux, mais aussi parce que cette première partie d’enquête s’est déroulée à une période de l’année où le périmètre n’est de toutes manière pas en eaux, on peut également s’interroger sur les conséquences du remplissage définitif et de la mise en opération du grand barrage éthiopien de la renaissance, en amont sur le Nil bleu. La suite de la recherche doit permettre de suivre et d’approfondir tout cela, mais aussi de se donner les moyens de mieux rattacher les tensions et les négociations en cours à ce qui constitue la quotidienneté du périmètre, à savoir les relations sociales en son sein et le travail agricole. Méthodologiquement, si l’on veut éclairer les formes d’engagement, de prises de position et de mobilisations qui se donnent à voir dans la Jezirah, on ne peut en effet perdre de vue ici l’agriculture, autrement dit les plantes, les techniques, les paris sur les variétés, la disponibilité des intrants et des machines, les cultures professionnelles des différents acteurs ou encore les arrangements concrets pour la réalisation du travail et l’occupation des terres.


[1]     On pourra se reporter respectivement aux dossiers « Soudan : identités en tension », coordonné par Barbara Casciarri, Alice Franck, Stefano Manfredi et Munzoul Assal, Cahiers d’études africaines n°240, 2020 et « Soudan. Jusqu’au bout du régime al-Inqaz », coordonné par Jean-Nicolas Bach, Raphaëlle Chevrillon-Guibert et Alice Franck, Politique Africaine n°158, 2020.

[2]     Au fil du texte, le recours à l’écriture inclusive sert à manifester la présence de femmes parmi les groupes désignés. Dans le cas contraire, les acteurs en questions ne sont que des hommes.

[3]     Il s’agit du projet Syndiquaf, pour « syndicalisme au quotidien en Afrique » (https://syndiquaf.hypotheses.org/). Merci à Alexis Roy, porteur de cette ANR, qui m’a accompagné dans l’ouverture de cette nouvelle étape professionnelle, et à Elena Vezzadini, qui en est la co-coordinatrice : c’est une chance d’entrer dans ce nouveau champ de recherche à ses côtés.

[4]     https://cedejsudan.hypotheses.org/. Je tiens à remercier Luisa Arango, sa directrice, pour son accueil, son appui et ses conseils à mon arrivée au Soudan. Ma reconnaissance va également à Anaël Poussier, qui prépare une thèse sur la Mahdiya, pour son amitié et son aide généreuse dans la découverte d’un pays qu’il connaît de manière si approfondie.

[5]     Sur un exemple de ces futurs non advenus à l’échelle de l’histoire contemporaine du Soudan, voir Vezzadini, Elena, Lost Nationalism: Revolution, Memory and Anti-colonial Resistance in Sudan, Suffolk, Boydell & Brewer, 2015, 317 p. ; sur la thématique plus en général, voir Guillaume Lachenal et Aïssatou Mbodj-Pouye, « Restes du développement et traces de la modernité en Afrique », Politique africaine, n° 135, 2014, p. 5-21.

[6]     « Establishment of Agricultural Finance Portfolio », Sudanese News Agency, 22 mars 2021.

[7]     Chevrillon-Guibert, Raphaëlle, Enrico Ille et Mohamed Salah, « Pratiques de pouvoir, conflits miniers et économie de l’or au Soudan durant le régime d’al-Inqaz », Politique africaine, n° 158, 2020, p. 123-148.

[8]     Le film est disponible en ligne : https://www.youtube.com/watch?v=97ipBbXKV9U.

[9]     Battahani, Atta H. El, Nationalism and Peasant Politics in the Nuba Mountains Region of Sudan, 1924–1966, Khartoum University Press, 2008, 316 p.

[10]   Pour une critique, voir O’Brien, Jay, « Sudan: An Arab Breadbasket? », MERIP Reports n° 99, 1981, p. 20-26.

[11]   Deininger, Klaus and Derek Byerlee, « Rising Global Interest in Farmland: Can It Yield Sustainable and Equitable Benefits? », World Bank Publications, 2011, p. XIV.

[12]   Bernal, Victoria. « Colonial Moral Economy and the Discipline of Development: The Gezira Scheme and ‘Modern’ Sudan » Cultural Anthropology, vol. 12, no. 4, 1997, pp. 447–479

[13]   Voir Bertoncin, Marina, Andrea Pase, Daria Quatrida and Stefano Turrini, « At the junction between state, nature and capital: Irrigation mega-projects in Sudan », Geoforum, n°106, 2019, p. 24-37 ; Abdelkreem, Tamer, Power Relations of Development: The Case of Dam Construction in the Nubian Homeland, Lit Verlag, 2019, 280 p.

[14]   La révolution a conduit à mettre en sourdine les positions des acteurs locaux – commerçants en intrants agricoles ou en semences, propriétaires de petites unités de transformations ou agriculteurs enrichis – qui ont bénéficié de la mise en œuvre clientéliste de cette réforme. Parmi les enquêtés, un seul cultivateur s’est dit favorable au maintien de la liberté culturale et de celle de commercialiser indépendamment ses produits, acquises en 2005. Il s’agit d’un tenant installé tout proche du canal principal, ce qui lui assure un approvisionnement régulier et suffisant en eau, et qui, en parvenant à accéder au crédit et en augmentant ses rendements, peut désormais louer plus de cinq fois la surface de terres qui lui est légalement concédée.

[15]   Goelnitz, Anna et Mohammad Al-Saidi, « Too big to handle, too important to abandon: Reforming Sudan’s Gezira scheme », Agricultural Water Management, n°241, 2020.

[16]   Voir Baczko, Adam, Gilles Dorronsoro, et Arthur Quesnay. « Le capital social révolutionnaire. L’exemple de la Syrie entre 2011 et 2014 », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 211-212, no. 1-2, 2016, p. 24-35, et l’introduction de Choukri Hmed et Laurent Jeanpierre à ce même numéro des Actes, notamment p. 16 et suiv.

[17]   Cette forme de capital est d’autant plus un objet repérable au Soudan que l’histoire contemporaine de ce pays a été marqué par plusieurs révolutions importantes. Outre celle de 1924, analysée par E. Vezzadini, voir, sur les révolutions de 1964 et 1985, Berridge, W.J., Civil Uprisings in Modern Sudan: The “Khartoum Springs” of 1964 and 1985, London, Bloomsbury, 2015, 304 p.

[18]   World Bank, « Options for the Sustainable Development of the Gezira Scheme », report n°20398-SU, 2000, 139 p.

[19]   L’hypothèse de mon interlocuteur se fondait en l’occurrence sans doute sur l’expérience qu’ont les tenants de la présence chinoise depuis quelques années, qui s’ajoute à la vitalité du PC soudanais dans la Jezirah.

[20]   Sur cette notion, voir l’article classique de Jean-François Bayart, « L’Afrique dans le monde : une histoire d’extraversion », Critique Internationale, 5, 1999, p. 97-120.

[21]   Sur cette forme d’organisation développée au cours de la révolution, qui fait pendant aux « comités populaires » établis par le régime islamiste depuis les années 1990, voir Casciarri, Barbara, « “It all Started with Bread-and- Butter Issues .” Interview with Abdalbasit Saeed about the 2019 Sudanese Revolution », Politique africaine n°158, 2020, p.175-186.

[22]   « Farmers of Sudan’s El Gezira Agricultural Scheme demand justice », Dabanga Sudan, Oct. 13Th, 2020.

[23]   Voir Zederman, Mathilde, « L’union fait-elle la force face à l’autoritarisme tunisien ? Dynamiques d’alliances transidéologiques en France dans les années 2000 », Critique internationale n°88, 2020, p. 91-110.

[24]   Al-Mahdi, arrière petit fils du Mahdi, était le dirigeant du parti national Umma. Il est décédé en novembre 2020. Je remercie Anaël Poussier de m’avoir fourni cet exemple.

[25]   « Fighter For Farmers Rights, Dr. Abuashara Appointed Gezira Scheme Board Chairman », SudanNow Magazine, 14th June, 2020.

[26]   Sur ce processus, voir Clarkson, Anna Ingerith, « Courts, Councils and Citizenship: Political Culture in the Gezira Scheme in Condominium Sudan », Durham theses, Durham University, 2005, p. 3 et sq.

[27]   Ces différentes dénomination désignent les extensions successives du scheme, toutes restant placées sous la même administration (celle du Board).

[28]   Voir note 18, et « Gezira study mission. Main report », International Bank for Reconstruction and Development, oct. 1966.

[29]   Sur ce point, voir Bernal, art. cité, p. 472, et pour une présentation plus générale de la configuration ouverte par la colonisation au plan foncier, Allen, Tom, « The Purposes of Land Settlement in the Anglo-Egyptian Sudan, 1898–1914: Drawing Paths through the Weeds », The Journal of Imperial and Commonwealth History, vol. 45, n° 6, 2017, p. 894‑922.

[30]   Entretien avec le responsable du département des affaires des agriculteurs, Barakat, 4 avril 2021.

[31]   Cette information m’a été donnée en entretien par les militants de différentes sensibilités internes à l’organisation.

[32]   Il s’agit du Kanabi congress, une association politique fondée pour représenter cette population de déplacé·es sur tout le territoire soudanais. « Sudan’s ‘kanabi’ call for better housing, services », Dabanga Sudan, Oct. 28Th, 2020.

[33]   Une visite de ces dernières m’a permis de scanner l’inventaire des rapports produits par le service en charge du suivi de ces « travailleurs agricoles ». Le premier est daté de 1928.

[34]   Voir O’Brien, Jay, « The Formation of the Agricultural Labour Force in Sudan », Review of African Political Economy, n°26, 1983, p. 15-34 ; Duffield, Mark, « Change among West African settlers in Northern Sudan », Review of African political economy, n°26, p. 45-59, 1983. Et pour un retour synthétique sur ce débat, Sikainga, Ahmad A., Slaves into Workers: Emancipation and Labor in Colonial Sudan, Austin, University of Texas Press, 2010, p. 134 et sq.

[35]   Ce type d’incident s’est répété en 2018 avec la destruction d’un village Kanabi par le gouvernement : « Sudanese Kanabi Association holds governor accountable for demolition of village », Dabanga Sudan, April 30th, 2018.

[36]   Voir Elamin, Nisrin, « ‘Beyond regime change’: Reflections on Sudan’s ongoing revolution », in « Africa and the Middle East: Beyond the Divides », Pomeps Studies n°40, 2020, p. 22.

[37]   Turrini, Stefano, « Cotone, zucchero, alfalfa. Il grande progetto tra sviluppo e « sradicamento » territoriale », tesi di dottorato, Università di Padova, 2019, p. 150-151 (traduction par mes soins).

[38]   Goelnitz, Anna et Mohammad Al-Saidi, art. cité, p. 9.

[39]   Clarkson, Anna I., op. cité, p. 144.

[40]   Voir par exemple El-Tom, Abdullahi, « The informal channels of indigenous tenants in coping with the inefficient bureaucracy of the Gezira scheme, Sudan », Geojournal n°36, p. 79-85 ; Barnett, Tony, « Why are bureaucrats slow adopters? The case of water management in the Gezira scheme », Sociologia Ruralis, 19/1, 1979, p. 60-70.

[41]   Clarkson Anna I., opus cité, p. 240 et sq.

[42]   Cette déclaration a été imprimée ultérieurement sous la forme d’une brochure, qu’un militant m’a remise et que j’ai pu faire traduire.

[43]   Ces évènements m’ont été relatés par plusieurs enquêtés.

[44]   Sur cette structuration, voir Deshayes, Clément et Mahé, Anne-Laure, « « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés » : répression et violence structurelle au Soudan », Pôle Sud, n° 53, 2020 p. 83-99. Les auteurs renvoient à l’article classique d’Ahmed A. G. M., « ‘Tribal’ Elite: a Base for Social Stratification in the Sudan », in Diamond S. (ed.), Toward a Marxist anthropology, Hague, Mouton, 1979, p. 321-335.

[45]   Cette identité du processus en cours dans la Jezirah avec celui qui touche les autres associations professionnelles m’a été signalée par le porte-parole de celle des médecins, au cours d’un entretien mené conjointement avec Elena Vezzadini, en mai dernier à Paris.

[46]   Entretien sur place avec le président du Parti démocratique unioniste pour la Jezirah, proche du sheikh.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.