Une journée d’action qui n’aura pas lieu…

Les syndicalistes contre l’exercice du petit commerce par les « étrangers » en RDC

Un appel à la mobilisation

En réponse à un appel à la mobilisation lancé par un consortium de 6 syndicats, était prévue le jeudi 25 novembre 2021 une grande manifestation de tous les petits commerçants travaillant dans les marchés de la ville de Kinshasa. À la base de cette journée d’action, une revendication principale : il s’agissait de protester contre la concurrence déloyale dans l’exercice du petit commerce par les commerçants de nationalité étrangère (principalement chinoise, indienne, pakistanaise, libanaise).

Au programme de la mobilisation était prévue une grève générale des petits commerçants, avec fermeture de tous les marchés, et une marche partant de différents points de la ville convergeant vers le « Palais du Peuple » pour faire un Sit-in devant le siège du Parlement.

La date du 25 novembre 2021, n’avait pas été choisie au hasard par les syndicalistes. C’est le jour où devait être présentée pendant une séance ordinaire de l’Assemblée nationale une question orale adressée au ministre de l’Économie concernant l’exercice du petit commerce par les étrangers, alors que la législation congolaise l’interdit. En concertation avec les députés qui voulaient interpeller le ministre, les commerçants avaient pensé qu’une mobilisation générale de leur corporation, avec fermeture des marchés se terminant par un sit-in, ferait prendre conscience de l’ampleur de ce problème de concurrence déloyale, ainsi que de la nécessité de régler d’urgence cette situation.

Mais cette journée d’action si bien préparée n’aura finalement pas lieu. Que s’est-il donc passé alors que les syndicalistes s’étaient tous mobilisés pour manifester ?

La négociation nocturne et l’annulation des manifestations

Selon ce que nous ont dit les syndicalistes, aux heures tardives de la nuit précédant la journée d’action, ils ont été contactés par une délégation envoyée par le Premier ministre, chargée de négocier avec eux la suspension des manifestations et l’annulation de la journée d’action prévue. La rencontre avec ces émissaires eut lieu vers trois heures du matin au lieu où le consortium des syndicalistes avait l’habitude de se réunir les jours précédents pour décider de la stratégie la plus à même d’interpeller les Autorités sur la gravité de leur problème.

Après plusieurs heures d’une âpre négociation tenue pendant qu’il pleuvait abondamment sur la ville, les émissaires de la primature ont obtenu l’annulation de la manifestation contre la promesse qu’une délégation des syndicalistes serait reçue le jour même à 11 heures par le Premier ministre. Les délégués leur remirent une somme d’argent destinée à financer l’annonce par la presse de l’annulation des manifestations. C’est ainsi que dès 7 heures du matin ce jeudi 25 novembre 2021 un communiqué de presse des petits commerçants a été lu sur les principales chaines de la capitale. Ainsi la chaine « Top Congo Fm », qui est la radio la plus écoutée à Kinshasa, a annoncé dans son journal que toutes les manifestations étaient décommandées, car les délégués syndicaux des petits commerçants seraient reçus dans la matinée par le Premier ministre pour discuter du problème directement avec lui. À 11h précise, les syndicalistes se sont donc rendus à la primature afin de le rencontrer.

Rencontre avortée et déception des syndicalistes

Or, il se trouve que ce jour-là, un grand ballet diplomatique allait avoir lieu à Kinshasa. Plusieurs chefs d’État africains étaient attendus pour participer à la « Conférence internationale des hommes sur la masculinité positive », sur invitation personnelle du chef de l’État congolais, qui était aussi à cette époque Président en exercice de l’Union africaine. C’est à ce titre qu’il organisait cette conférence dans le cadre de la lutte contre les violences sexistes et sexuelles faites aux femmes et aux filles sur le continent africain. Étaient notamment reçus à Kinshasa le président du Congo-Brazzaville, Denis Sassou Nguesso, le président du Sénégal, Macky Sall, le président du Rwanda Paul Kagame, le président du Togo, Faure Niassingbé Eyadema, et le président du Ghana, Nana Akoufou Ado. Le président rwandais qui était arrivé à 9h30’ a été accueilli à sa descente d’avion par le Premier ministre congolais. Une heure plus tard, vers 10h30’, c’était au tour du président togolais. Ainsi, pendant que le Premier ministre était accaparé par l’accueil des chefs d’État à l’aéroport, les syndicalistes l’attendaient à la primature.

Entre temps, les syndicalistes avaient appris par les infos du matin qu’effectivement plusieurs chefs d’état africains étaient arrivés à Kinshasa. D’ailleurs, ils avaient distinctement perçu le bruit d’un hélicoptère se posant au Palais de la Nation où se trouvent les bureaux du chef de l’État. En effet, les bureaux de la présidence de la république et ceux de la primature sont situés à proximité les uns des autres au bord du fleuve Congo. Ils réalisèrent que l’agenda du premier ministre serait très chargé durant cette journée. Effectivement, le service du protocole annonça aux syndicalistes que la cérémonie d’accueil des chefs d’État par le Premier ministre risquait de durer. Le service du protocole proposa donc d’offrir à la délégation syndicale une collation dans un restaurant proche de la primature où on pourrait leur faire signe dès le retour du Premier ministre. Les syndicalistes acceptèrent sans hésiter la proposition du Protocole.

Au bout de quelques heures passées dans ce restaurant, le service du protocole les informa qu’au vu de son programme, le Premier ministre ne pourrait plus les recevoir ce jour-là. Il proposa aux syndicalistes de reporter la rencontre au mercredi 1er décembre 2021. Une discussion s’engagea entre les syndicalistes. Certains disaient qu’il fallait refuser de partir, arguant qu’on était en train de les manipuler et que ce report n’était qu’un mensonge et un manège de politicien. D’autres, en revanche, disaient qu’il valait mieux continuer à se montrer coopératif. L’un des conseillers spéciaux du Premier ministre tenta de les apaiser en leur assurant que le Premier ministre les recevra le mercredi suivant. La discussion prit fin quand les syndicalistes acceptèrent l’enveloppe de 1000 dollars US que le conseiller spécial leur remit pour leur « transport ».

Mais, le mercredi suivant, on leur dit que le Premier ministre n’était pas disponible et que la rencontre serait reportée au vendredi 3 décembre 2021. Le vendredi, quand ils se présentèrent à nouveau à la Primature le ton avait changé. Les conseillers du Premier ministre se montrèrent ouvertement agacés par l’insistance des syndicalistes. On leur dit qu’ils mettaient trop « la pression ». On leur demanda d’attendre qu’on leur fasse signe le jour où le Premier ministre sera disponible pour les recevoir… Mais jusqu’à ce jour, les syndicalistes continuent d’attendre qu’on leur fasse signe !

Ceux avec qui nous nous sommes entretenus expriment une grande déception : ils se sentent abusés et désabusés. Que convient-il de faire maintenant ? Programmer une nouvelle journée d’action ? Ils se sentent las ; ils ont perdu le bel élan et la ferveur qu’ils avaient pendant les semaines de préparation de la journée d’action, quand leur base était chauffée à blanc. Par suite du lamentable échec de la négociation avec la primature, ils ont peut-être aussi perdu un peu de leur crédit auprès de leur base.

Comprendre le renversement du rapport de force

Comment comprendre ce qui s’est passé ? À l’évidence, le gouvernement redoutait cette manifestation. Et ceci pour plusieurs raisons.

D’une part, la Journée d’action pouvait occasionner des débordements et créer des troubles à l’ordre public, étant donné le nombre très élevé des petits commerçants dans la ville. Or, le gouvernement ne voulait absolument pas de désordre en ce jour important où le chef de l’État recevait ses homologues africains venus de partout en Afrique. Le chef de l’État congolais tenait à la réussite totale de cette conférence internationale qui était l’un des derniers événements marquant sa présidence à la tête de l’Union africaine.

D’autre part, cette journée d’action était associée à une action parlementaire. En effet, la manifestation était dès son origine prévue comme une action en soutien à la question orale qu’un député voulait adresser au ministre de l’Économie, afin de l’interpeller sur la situation difficile des petits commerçants face à la concurrence déloyale des commerçants « étrangers » qui ne respectent pas la législation du pays concernant l’interdiction de l’exercice du petit commerce.

Avant ce jeudi 25 novembre, le rapport de force était donc très favorable aux syndicalistes. C’est pourquoi dès l’annonce de la manifestation des petits commerçants, la primature a engagé une habile stratégie de « déminage ».

Le premier élément de cette stratégie fut une habile manœuvre parlementaire. On a fait en sorte que la question orale soit finalement posée par un autre député que celui choisi par les syndicalistes. Pour ce faire, le bureau de l’Assemblée nationale a fait jouer le principe de la préséance, en signifiant au député qu’un autre de ses collègues avait déposé bien avant lui la demande d’adresser une question orale sur le même sujet. Or cet autre député appartient à une famille politique diamétralement opposée idéologiquement à celle du député mandaté par les syndicalistes. Le gouvernement redoutait la conjonction d’une action parlementaire à une action de protestation syndicale, d’autant plus que ce député « frondeur » est connu pour sa forte audience populaire.

Selon d’autres rumeurs, les riches commerçants « étrangers » qui exercent le commerce se seraient sentis menacés à la fois par la question orale que préparait le député et par la journée d’action des syndicalistes. Pour obtenir l’annulation de la journée d’action, ils auraient fait jouer leurs clientèles au sein des institutions au moyen « d’enveloppes » destinées à soudoyer les uns et les autres. D’ailleurs, le député porteur de la question orale leur avait avoué quelque temps auparavant qu’il avait été approché par des « corrupteurs » qui lui avaient proposé de l’argent pour qu’il abandonne son projet.

Les représentants syndicaux ne sont pas « nés de la dernière pluie ». En général, ils ont conscience de la place plus ou moins favorable qu’ils occupent dans les rapports de force avec le pouvoir. Cependant, il semble que dans cette affaire, ils ont été quelque peu naïfs.

En effet, un élément du processus de négociation aurait dû les interpeller : pourquoi le Premier ministre a-t-il envoyé nuitamment ses émissaires négocier avec eux l’annulation de la manifestation ? Plusieurs hypothèses peuvent être avancées. Mais il est clair que le choix d’une rencontre nocturne empêche toute publicité immédiate. Ne peut-on en déduire que ce choix témoigne d’une volonté pour la primature de ne pas se montrer engagée par cette rencontre ?

Mais l’un des éléments déterminants dans l’échec de l’action des syndicalistes est la négligence du contexte politique national de leur journée d’action. Comment pouvaient-ils ignorer l’agenda de la conférence internationale préparée de longue date et surtout le rôle que le Premier ministre y tiendrait nécessairement ? Comment pouvaient-ils croire que les autorités auraient accepté de laisser faire une grande marche de protestation le jour où le Président accueille en grande pompe ses homologues africains ? Le jour J, les syndicalistes se sont laissés « endormir » par l’hospitalité de la primature qui leur a offert le restaurant, et leur a promis de les recevoir à nouveau avant de les congédier avec une « enveloppe » de 1000 dollars US.  Comment n’ont-ils pas perçu le jeu de la primature qui faisait tout pour gagner du temps et que ce temps gagné inversait le rapport de force en faveur du Gouvernement ?

Quoi qu’il en soit, le problème contre lequel la journée d’action devait être organisée n’est pas résolu. Les syndicalistes essayent de se remobiliser, mais la conjoncture n’est plus favorable et la base est démobilisée.

La journée d’action contre l’exercice du petit commerce par les commerçants de nationalité étrangère aura peut-être lieu un autre jour…

Sylvie Ayimpam


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.