Séminaire Syndicalisme et travail en Afrique

Lundi de 15 h à 18 h, Campus Condorcet, Cours des Humanités 93300 Aubervilliers, du 18 novembre 2019 au 15 juin 2020.

Ce séminaire, à la croisée de l’histoire, de l’anthropologie et de la science politique, porte sur la question centrale du travail en Afrique, et sur les mobilisations qui lui sont liées. Historiquement partagé entre la production familiale (agriculture/élevage), l’esclavage et les activités indépendantes (commerce, artisanat), le travail a été marqué par l’essor progressif du salariat depuis le début du XXe siècle, constituant une évolution majeure.

Ce séminaire souhaite réinvestir les débats sur l’épineuse question de la catégorisation des travailleurs en Afrique, largement délaissés depuis le déclin de l’influence du marxisme sur les sciences sociales, alors même que l’accentuation des inégalités sociales et le phénomène d’éclatement des statuts des travailleurs méritent d’être étudiés. Ce séminaire ambitionne également de questionner à nouveaux frais l’impact des évolutions économiques et politiques sur les formes de stratification sociale dans le monde du travail, par-delà une approche uniquement dialectique des classes sociales, ou bien encore l’existence ou non d’une classe ouvrière africaine.

À la fois centraux et méconnus, le syndicalisme et les syndicalistes constituent un objet privilégié pour aborder ces enjeux. Ce séminaire sera ainsi l’occasion d’analyser les formes d’appropriation du syndicalisme, et de son évolution, depuis le milieu du XXe siècle. Il s’agira notamment d’aborder les syndicats et leurs acteurs dans leur quotidienneté (identités professionnelles, travail de recrutement et de représentation, répertoire d’action, sociabilité etc.) ainsi que les carrières qui se déploient au croisement d’espaces intimes, sociaux, économiques et politiques.

Calendrier des séances et salles :

Le lundi 18 novembre 2019, de 15h à 18h, Campus Condorcet, Cours des Humanités (93300 Aubervilliers), Bâtiment Recherche Nord, salle 0.009.

Guillaume Vadot (IMAF), intervention intitulée “Ouvrier.ère.s d’Afrique: postérité d’un objet et historicité d’un champ de recherche, de l’entre-deux-guerres et nos jours”

-

 16 décembre, 15h-18h, Campus Condorcet, salle 0.009, Bâtiment Recherche Nord
Ahmad Sikainga (Ohio State University), Elena Vezzadini (IMAF), séance sur le syndicalisme dans le Soudan colonial

-

 20 janvier 2020, 15h-18h, Campus Condorcet, salle 3.06, Centre de colloques
Stefano Bellucci (Leiden University), séance intitulée « Une histoire du syndicalisme en Afrique : entre idéologie et gestion  »

-

 17 février, 15h-18h, Campus Condorcet, salle 3.06, Centre de colloques
Babacar Fall (Université Cheikh Anta Diop), Romain Tiquet (IMAF), séance sur le syndicalisme et le travail au Sénégal

-

 16 mars, 15h-18h, Campus Condorcet, salle 3.09, Centre de colloques
Benjamin Rubbers (LAMC, Université Libre de Bruxelles) Kriesten Geenen (Université de Liège, participation à confirmer) et Miles Larmer (African Studies Center, Oxford University), séance sur le travail et le syndicalisme dans le secteur minier en Afrique centrale et australe

-

 20 avril (Salle à confirmer)
Frederick Cooper (New York University) et Pascale Barthelemy (LARHRA/ENS Lyon), séance intitulée « Travail et décolonisation en Afrique de l’Ouest »

-

 18 mai, 15h-18h, Campus Condorcet, salle 0.009, Bâtiment Recherche Nord
Sidy Cissokho (IMAF), Laurent Fourchard (CERI), Matteo Rizzo (SOAS, University of London), séance sur le travail et le syndicalisme dans le secteur des transports en Afrique

-

 15 juin 2020, 15h-18h, Campus Condorcet, salle 0.019, Bâtiment Recherche Sud

Siham Beddoubia (Université d’Oran 2) + un.e deuxième intervenant.e, Séance sur le syndicalisme en Algérie/ Afrique du Nord

Séminaire “Travail et syndicalisme en Afrique”

Séance du 18/11/2019

Guillaume Vadot (IMAF)

“Ouvrier.ère.s d’Afrique: postérité d’un objet et historicité d’un champ de recherche, de l’entre-deux-guerres et nos jours”

Résumé :

“Cette intervention porte sur l’histoire de la construction puis de la relative disparition de l’objet de recherche constitué par le travail et les travailleur.se.s salarié.e.s manuel.le.s en Afrique. Pour cela, elle en suit les redéfinitions successives, de la période d’investissements constituée par la “seconde occupation coloniale” (John Lonsdale) aux transformations néolibérales actuelles. Elle cherche à rendre compte de la diversité des trajectoires épistémiques suivies selon les disciplines mais aussi en fonction des espaces académiques nationaux”.

L’enregistrement de la séance est consultable ici :