Syndicalisme au quotidien en Afrique

Mis en avant

Le projet « Syndicalisme au quotidien en Afrique » (Syndiquaf) réunit des anthropologues, historiens et politistes qui vont étudier le syndicalisme depuis la fin de la période coloniale dans trois pays : le Burkina Faso, le Sénégal et le Soudan.

Objet peu étudié, le syndicalisme constitue pourtant un prisme privilégié par lequel étudier les évolutions des mondes du travail, de la place du salariat dans les sociétés, du rapport entre les travailleurs et l’État/ les employeurs. Laboratoire des réformes économiques libérales et des politiques d’austérité, le continent africain offre des perspectives permettant de « déprovincialiser » l’étude du salariat et des syndicats.
L’originalité de notre approche repose sur notre volonté d’aborder la fabrique du syndicalisme dans sa quotidienneté, par « le bas », sans normativité, à rebours d’une littérature sur le syndicalisme africain souvent dominée par les tropismes ouvriéristes et progressistes.

Trois axes guideront notre recherche : syndicalisme et travail, syndicalisme et politique, syndicalisme et identités. En étudiant par équipe différents secteurs professionnels (éducation, santé, transports, mines), ce projet ambitionne d’être porteur d’un vrai comparatisme et d’une réelle pluridisciplinarité d’approche du syndicalisme africain.

Composition actuelle de l’équipe : Françoise Blum (CHS), Emmanuelle Bouilly (LAM), Sidy Cissokho (CLERSé), Bettina Engels (OSI, Freien Universität Berlin), Ophélie Rillon (LAM), Alexis Roy (coordinateur, IMAF), Guillaume Vadot (IMAF) Elena Vezzadini (co-coordinatrice, IMAF), Sylvie Ayimpam (IMAF)

Durée : 3 ans (février 2019-février 2022)

Séminaire Travail et syndicalisme, séance 5 (15/03/2021)

Séance 5 : Le secteur des transports en Afrique

Sidy Cissokho (CNRS) : Réflexions sur la syndicalisation des travailleurs informels : Le groupe professionnel des chauffeurs et la Confédération Nationale des Travailleurs Sénégalais (1980-2020).

Laurent Fourchard (CERI) : « Owo union », l’argent du syndicat. Gouverner les gares routières au quotidien au Nigeria.

Diop Cheikh

Galerie

Né le 1er janvier 1953, cadre dans le secteur du pétrole et de l’énergie, membres de plusieurs partis politiques : Rassemblement national démocratique (RND), Co-fondateur du Parti pour la libération du peuple (PLP), Co-fondateur de la Convention démocratique et sociale (CDS). Syndicaliste, Secrétaire général du SNTPGS Syndicat National des Travailleurs du Pétrole et Gaz du Sénégal, fondateur de la centrale Confédération nationale des travailleurs du Sénégal/Forces du changement (CNTS/FC). Continuer la lecture

La pandémie du coronavirus pose-t-elle les jalons d’un nouvel ordre social mondial ?

Galerie

Cheikh DIOP Secrétaire Général de la CNTS/FC, Confédération nationale des travailleurs du Sénégal/Forces du changement.

De son nom scientifique SARS-COV 2, le Coronavirus ou Covid-19 surprend le monde entier, de par son ampleur, sa vitesse de propagation et son impact qui bousculent tous les us et coutumes : politiques, économiques, sociales et même scientifiques. En somme la pandémie du coronavirus fait vaciller tous les repères et rappelle avec force, la valeur du travail et la nécessaire solidarité entre les nations et les peuples sans laquelle, aucun ordre mondial n’est stable ni viable. Continuer la lecture