Syndicalisme au quotidien en Afrique

Le projet « Syndicalisme au quotidien en Afrique » (Syndicaf) réunit des anthropologues, historiens et politistes qui vont étudier le syndicalisme depuis la fin de la période coloniale dans trois pays : le Burkina Faso, le Sénégal et le Soudan.

Objet peu étudié, le syndicalisme constitue pourtant un prisme privilégié par lequel étudier les évolutions des mondes du travail, de la place du salariat dans les sociétés, du rapport entre les travailleurs et l’État/ les employeurs. Laboratoire des réformes économiques libérales et des politiques d’austérité, le continent africain offre des perspectives permettant de “déprovincialiser” l’étude du salariat et des syndicats.
L’originalité de notre approche repose sur notre volonté d’aborder la fabrique du syndicalisme dans sa quotidienneté, par “le bas”, sans normativité, à rebours d’une littérature sur le syndicalisme africain souvent dominée par les tropismes ouvriéristes et progressistes.

Trois axes guideront notre recherche : syndicalisme et travail, syndicalisme et politique, syndicalisme et identités. En étudiant par équipe différents secteurs professionnels (éducation, santé, transports, mines), ce projet ambitionne d’être porteur d’un vrai comparatisme et d’une réelle pluridisciplinarité d’approche du syndicalisme africain.

Composition actuelle de l’équipe : Françoise Blum (CHS), Emmanuelle Bouilly (LAM), Sidy Cissokho (post-doctorant, IMAF), Bettina Engels (OSI, Freien Universität Berlin), Ophélie Rillon (LAM), Alexis Roy (coordinateur, IMAF), Elena Vezzadini (co-coordinatrice, IMAF)

Durée : 3 ans (février 2019-février 2022)