Syndicalisme au quotidien en Afrique

Mis en avant

Le projet « Syndicalisme au quotidien en Afrique » (Syndicaf) réunit des anthropologues, historiens et politistes qui vont étudier le syndicalisme depuis la fin de la période coloniale dans trois pays : le Burkina Faso, le Sénégal et le Soudan.

Objet peu étudié, le syndicalisme constitue pourtant un prisme privilégié par lequel étudier les évolutions des mondes du travail, de la place du salariat dans les sociétés, du rapport entre les travailleurs et l’État/ les employeurs. Laboratoire des réformes économiques libérales et des politiques d’austérité, le continent africain offre des perspectives permettant de “déprovincialiser” l’étude du salariat et des syndicats.
L’originalité de notre approche repose sur notre volonté d’aborder la fabrique du syndicalisme dans sa quotidienneté, par “le bas”, sans normativité, à rebours d’une littérature sur le syndicalisme africain souvent dominée par les tropismes ouvriéristes et progressistes.

Trois axes guideront notre recherche : syndicalisme et travail, syndicalisme et politique, syndicalisme et identités. En étudiant par équipe différents secteurs professionnels (éducation, santé, transports, mines), ce projet ambitionne d’être porteur d’un vrai comparatisme et d’une réelle pluridisciplinarité d’approche du syndicalisme africain.

Composition actuelle de l’équipe : Françoise Blum (CHS), Emmanuelle Bouilly (LAM), Sidy Cissokho (post-doctorant, IMAF), Bettina Engels (OSI, Freien Universität Berlin), Ophélie Rillon (LAM), Alexis Roy (coordinateur, IMAF), Elena Vezzadini (co-coordinatrice, IMAF)

Durée : 3 ans (février 2019-février 2022)

DIARRA Mamadou Lamine

Galerie

Né en 1927 à San au Soudan français, instituteur à la retraite, Secrétaire aux relations du SUPEL (Syndicat Unique des Professionnels de l’Enseignement Laïc) en 1959, membre de la commission de contrôle de l’UNTM (l’Union Nationale des Travailleurs du Mali) et secrétaire aux relations du SNEC (Syndicat National de l’Education et de la Culture) en 1963. En 1974, il fut élu secrétaire administratif de l’UNTM, secrétaire général du SNEC de la section III (commune III) de Bamako en Novembre, puis le 25 Décembre de la même année, élu secrétaire général du bureau national du SNEC. Il est le président de l’association des parents d’élèves du Mali (APE) depuis 1997, président d’honneur à vie du CSCOM (Centre de Santé Communautaire) de Bamako-Coura, parrain de la MUTEC (Mutuelle des travailleurs de l’éducation et de la culture) Continuer la lecture

La division du travail syndical au Sénégal

Galerie

Le questionnement de ce projet a pour point de départ les résultats d’un travail de thèse mené de 2011 à 2016 sur les organisations catégorielles des chauffeurs de transport en commun au sein des gares routières au Sénégal : les « regroupements de chauffeurs ». Ces derniers sont tous rassemblés au sein de la branche transport de la Confédération Nationale des Travailleurs du Sénégal (CNTS) : le Syndicat National des Travailleurs du Transport Routier du Sénégal (SNTTRS). Malgré l’apparente unité de cet ensemble d’organisations imbriquées, affichée notamment durant les grèves nationales, leurs représentants respectifs n’accomplissent pas les mêmes activités et ne promeuvent pas les mêmes définitions de ce qu’est le syndicalisme. Mon projet a pour ambition d’interroger cette division. Continuer la lecture

Statuts professionnels et mobilisations syndicales dans le secteur public de l’éducation au Burkina Faso

Galerie

L’enjeu de cette recherche est d’appréhender ce que l’évolution des statuts dans le secteur public de l’éducation produit sur l’identité professionnelle des enseignants, et comment les syndicats et les formes de mobilisation qu’ils tentent de mettre en place ont été touchés par ces processus, et s’en saisissent. Continuer la lecture

Le syndicalisme, une affaire de famille ? Imbrication entre vie quotidienne et travail syndical au Burkina Faso (XXème siècle).

Galerie

En partant des trajectoires biographiques de syndicalistes dans les domaines de l’enseignement et de la santé (enseignant.e.s, sages-femmes, médecins, vétérinaires, etc.), cette recherche entend étudier comment s’opère l’articulation entre vie quotidienne (familiale et conjugale), syndicalisme et travail au Burkina Faso, de 1945 à nos jours. L’un de objectifs consiste à dresser une biographie collective de plusieurs générations de couples de militant-e-s qui se sont engagés dans l’action syndicale, de façon conjointe ou séparée. Le couple (monogame comme polygame) est envisagé ici comme une porte d’entrée idéale pour observer comment le poids du genre affecte différemment les trajectoires individuelles et restituer la profondeur intime des engagements syndicaux. Continuer la lecture