Syndicalisme enseignant au Sénégal : le cas du SUDES

Recherche menée par Françoise Blum

Françoise Blum concentre ses enquêtes sur le SUDES (syndicat unique des enseignants du Sénégal), choisit car il couvre tous les corps enseignants du primaire à l’enseignement supérieur, ce qui permet d’avoir une vision globale du syndicalisme enseignant au Sénégal à travers un seul syndicat.

Le SUDES est né en 1976 sur des bases très politiques. Il est alors très proche, via ses fondateurs, du marxiste PIT (Parti de l’indépendance et du travail). La création du SUDES correspondait à un désir d’autonomie syndicale et à la volonté d’échapper à la tutelle gouvernementale.   

Françoise Blum s’attache principalement à comprendre le fonctionnement du syndicat. Il est divisé en plusieurs entités (enseignement primaire, enseignement moyen secondaire, enseignement supérieur, enseignement professionnel, enseignement privé, éducation physique et peut-être bientôt enseignement de l’arabe). Lui est également adossée une mutuelle de santé ainsi qu’une coopérative d’habitat. C’est donc notamment un syndicalisme de services, ce qui est souvent le cas des syndicats sénégalais. L’adhésion au syndicat permet donc l’accès à la mutuelle de santé (sur cotisation supplémentaire) ainsi qu’à la coopérative d’habitat.

F. Blum souhaite comprendre les enjeux et stratégies spécifiques d’un syndicat confronté, à certains moments de son histoire, à des pertes massives d’adhérents du fait de la création de nouveaux syndicats (comme dans le cas de l’enseignement supérieur, avec la création du SAES de véritable scission) mais qui, pour certaines de ses entités, connait un vrai regain de vitalité.

D’une entité du SUDES à l’autre, il y a des variations notables, y compris sur la stratégie adoptée. Cela est dû, d’une part, à la grande autonomie dont jouit chaque entité et aussi –et peut-être surtout- à l’âge des secrétaires généraux et donc à leur plus ou moins grande ancienneté. A leur propos quelques constantes se dégagent, comme le caractère très précoce de leur engagement (dans des mouvements d’élèves, dans des associations, etc.), leur ferme croyance en une éthique syndicale, et leur espoir de contribuer à une amélioration du système d’enseignement en général.

Toujours est-il que ces entretiens permettent de dégager quelques profils syndicaux, quelques trajectoires militantes, de même que de mieux comprendre ce qu’est le syndicalisme du SUDES au jour le jour : type de revendications traitées, moyens d’action et stratégies de lutte, concertation, etc. Tous les secrétaires généraux sont aujourd’hui des hommes et les femmes sont très minoritaires dans les instances du syndicat. Ce n’est que dans l’entité « enseignement supérieur » qu’il y a une femme chargée des questions de genre, question qui semble à peu près absente des préoccupations des autres entités.

A l’inverse, les revendications portées permettent de mieux comprendre les failles d’un système d’enseignement qui, outre que les budgets y ont subi des coupes sombres, a de plus en plus à faire avec la croissance d’un enseignement privé, souvent mieux loti.  Ceci dit, plus qu’à l’histoire de l’organisation, c’est aux trajectoires syndicales que Françoise Blum s’intéresse, trajectoires à partir desquelles on peut saisir la vie syndicale dans le temps et au quotidien, en quelque sorte le syndicat et le syndicalisme sur le vif.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.