« Je ne vous salue pas » :  Les inspecteurs du travail, le directeur général et les syndicalistes

Un coup d’œil sur les informations quotidiennes suffit pour se rendre compte de l’omniprésence des conflits du travail au Sénégal. Pas une semaine sans que la presse ne se fasse l’écho d’un groupe de travailleurs dénonçant leurs conditions de travail, la mauvaise gestion de leur entreprise ou le non-paiement de leur salaire. Dans cette vignette, je reviens sur l’un de ces « mouvements d’humeur » comme les appelle parfois la presse. Sur la base de notes prises lors d’un stage d’observation de plusieurs semaines au sein de l’inspection du travail de Dakar, je raconte comment le refus d’un délégué du personnel de saluer le directeur général a enflammé une entreprise de la zone industrielle de la capitale[1]. Au fil du récit d’une matinée durant laquelle l’inspection du travail a été appelée en renfort pour apaiser les tensions, on découvre une partie des coulisses de l’entrée en grève et de la négociation de sortie de grève, mais aussi plus largement celles du fonctionnement de l’entreprise.  

Le renvoi d’un délégué du personnel

Nous sommes en fin de semaine dans les bureaux de l’inspection du travail de Dakar. Deux inspecteurs discutent. On a soumis au premier une demande de licenciement concernant un délégué du personnel. La demande provient de la direction d’une grande entreprise de la zone industrielle de Dakar. Le délégué en question aurait refusé de saluer le directeur général lors de son passage à l’atelier. Il aurait prononcé ces mots : « Je ne vous salue pas. Vous êtes peut-être Dieu là-haut, mais ici à l’atelier vous n’êtes rien ».

Ce qui est présenté par la direction de l’entreprise comme une insubordination raisonne chez les inspecteurs comme un simple refus de saluer. Or ce motif de renvoi fait débat. La lettre saisissant l’inspection est certes rédigée de façon pompeuse, mais le dossier est bien ficelé. La direction a réuni de nombreux témoignages. Mais quel crédit leur apporter ? A-t-on vraiment le droit de licencier quelqu’un parce qu’il n’a pas salué ?

La décision est rendue en fin de journée. Après beaucoup de controverses parmi les inspecteurs, le renvoi est déclaré illégal. L’entreprise devra garder le délégué du personnel incriminé ou bien trouver un autre motif pour le renvoyer. Le texte est relu une dernière fois par le directeur adjoint. On coupe certaines formulations, on arrange certaines phrases afin que le document soit le plus parfait possible. La direction de l’entreprise fera sûrement appel et une décision contraire à celle prise par l’inspection sonnerait comme un désaveu.

La grève

Le lundi matin, l’adjoint à l’inspecteur régional du travail appelle Sylla dans son bureau. Il s’agit de l’inspecteur qui a rédigé la décision de l’inspection. La direction de l’entreprise a contacté la direction générale du ministère du Travail qui a ensuite prévenu le directeur régional de l’inspection du travail. Une grève s’est déclenchée dans l’entreprise ce matin. Le dialogue est rompu entre la direction et les délégués. L’inspection est attendue dans l’entreprise pour faire la médiation.

L’équipe envoyée est formée de Sylla et de deux autres inspecteurs arrivés plus récemment à Dakar depuis des inspections régionales. Leur arrivée a permis de compenser le départ de quatre inspecteurs l’année dernière. Baldé était en affectation dans une région où de nombreuses compagnies minières sont installées. En revanche, Gaye a un peu moins d’expérience en matière de conflit. Il était auparavant dans une région où l’activité économique était assez faible. Pour les trois jeunes inspecteurs, cette mission est l’occasion de sortir de la routine des conciliations, des contrôles et de la paperasserie ordinaire. Elle leur donne également l’opportunité de se couper un moment des sollicitations constantes auxquelles ils sont soumis lorsqu’ils restent à leur bureau.

Nous partons dans la voiture personnelle de Sylla, à défaut de pouvoir prendre celle du service réservé aux contrôles. L’inspecteur a reçu un bon d’essence de la part du directeur adjoint de l’inspection en échange.

La tentative de renvoi du délégué du personnel et la grève ne sont en fait que les derniers développements d’un conflit qui dure depuis plus d’un an au sein de cette entreprise. L’opposition entre la direction et les délégués s’est d’abord nouée autour du problème des journaliers. Sur ces 400 employés, l’entreprise compte 200 journaliers. L’emploi de cette catégorie de salariés est cependant censé répondre à des besoins ponctuels. Autrement, le droit du travail sénégalais exige qu’on recrute sous la forme de CDD ou de CDI. Les délégués et leur représentant syndical ont demandé à ce que l’entreprise se conforme au droit. Une liste de personnes à embaucher a été établie. Dans les bureaux de l’inspection et dans l’entreprise, les échanges ont été rudes durant cette affaire. De l’avis des inspecteurs, certains délégués ont été particulièrement impolis avec les représentants de la direction.

L’accord conclu devant l’inspection n’a toujours pas été respecté. Les délégués ont donc déposé un préavis de grève il y a de cela plusieurs semaines. Ils demandent l’embauche effective des journaliers dénombrés lors des négociations menées devant l’inspection, mais aussi la démission de Monsieur Coulibaly, le conseiller juridique du directeur général de l’entreprise. L’attitude de ce dernier a progressivement cristallisé sur lui le mécontentement des employés. Comme beaucoup de responsables de la gestion du personnel de grandes entreprises, Monsieur Coulibaly a été inspecteur du travail. Ces connaissances en matière de droit du travail et son ancien statut en font un conseiller utile estime la direction.

La loi exige que la grève soit précédée d’une séance de dialogue avec la direction. Or depuis plusieurs semaines, la direction refuse de recevoir les délégués du personnel. Ce matin, l’annonce de la décision de l’inspection en faveur du délégué a cependant servi de déclencheur à la grève.

La rencontre avec la direction

Après environ une heure passée dans les embouteillages, les trois inspecteurs arrivent aux portes de l’entreprise.

Sur le chemin, Sylla a déjà reçu plusieurs appels du conseiller juridique soucieux de régler la situation au plus vite. Monsieur Coulibaly est dans le hall pour nous accueillir. Il précise avec flagornerie au vigile qui souhaite contrôler les identités des inspecteurs que cela n’est pas nécessaire compte tenu de leur statut. Il salue chaleureusement les inspecteurs, puis les invite à le suivre dans un grand bureau situé à l’étage supérieur. Autour d’une grande table se trouve le directeur général, le responsable des ressources humaines et l’un des administrateurs financiers de la société. Un huissier est aussi présent. Il a été appelé pour constater l’illégalité du piquet de grève qui s’est mis en place dans la cour de l’entreprise plus tôt dans la matinée. Tous les échanges ont lieu en français.

Le directeur général, Monsieur Deschamps, prend la parole. Il s’agit d’un homme d’une soixantaine d’années. Bien que français d’origine, il est né au Sénégal. Il y a passé la plus grande partie de sa vie professionnelle. Il se présente sous son meilleur jour, met en avant sa proximité avec les autorités religieuses les plus importantes du pays et les hautes fonctions qu’il a occupées au Sénégal comme en France. Il était auparavant le directeur général de l’une des plus grandes compagnies du Sénégal. Il y a rencontré Monsieur Coulibaly, son actuel conseiller juridique. Il présente son passage dans cette grande entreprise comme un véritable succès. Il aurait été l’initiateur de nombreuses œuvres sociales à destination des employés. La rumeur dit pourtant qu’il a procédé à des renvois massifs qui auraient permis d’éradiquer toute présence syndicale pendant plus de 20 ans au sein de cette entreprise.

Il y a de cela trois ans, alors qu’il allait prendre sa retraite, Monsieur Deschamps a été appelé par le pool d’administrateurs financiers qui venaient de reprendre l’entreprise. L’établissement était couvert de dettes. Le nom de Deschamps permettait de rassurer les banques auprès desquelles la société était endettée.  Plutôt que de procéder à des renvois, il a décidé d’agir sur la productivité nous dit-il. L’une des sources du problème de l’entreprise résidait selon lui dans l’influence démesurée que les délégués du personnel avaient acquise au fil du temps. Cette influence s’était construite aux dépens de celle du personnel d’encadrant. Une partie de son action a donc consisté à redonner à cette frange des employés les moyens d’exercer son autorité. Il a donc tout simplement renforcé le pouvoir de sanction des chefs du personnel. Il leur a aussi donné le pouvoir de récompenser les travailleurs les plus méritants à travers diverses primes et avantages. Pour cela, il a retiré la gestion de la caisse de solidarité des mains des délégués du personnel. Cela leur a ôté tout pouvoir de redistribution et entamé leur influence auprès des travailleurs. Selon le directeur général, cette manœuvre aurait également mis fin aux petits détournements des délégués du personnel. Ce changement serait la réelle source du conflit entre eux et la direction. Depuis ce moment, le climat au sein de l’entreprise n’aurait cessé de se dégrader malgré ses multiples actions en faveur des employés. L’incident qui les a amenés à demander le renvoi du délégué du personnel devant l’inspection n’est que le dernier en date.

S’il a appelé l’inspection à venir dans l’entreprise ce matin, c’est pour pouvoir s’expliquer suite à la décision qui a été rendue en faveur du délégué en fin de semaine dernière. Les délégués se sont servis de cette décision pour mobiliser les employés ce matin et partir en grève. Ils pensent que l’inspection est de leur côté. Le directeur général attend des inspecteurs qu’ils se montrent impartiaux, et donc qu’ils constatent l’illégalité de la grève et rappellent le droit aux délégués du personnel. Premièrement, des journaliers sont présents parmi les grévistes or ceux-ci n’ont normalement pas accès à l’entreprise s’ils ne sont pas embauchés. Deuxièmement, une grève ne doit pas se faire en occupant l’entreprise. Enfin, les conditions du préavis n’ont pas été respectées, car les négociations entre la direction et les délégués n’ont pas été sanctionnées par un procès-verbal. Il a cru comprendre que l’une des principales demandes des grévistes concernait le renvoi de son conseiller juridique. On ne peut raisonnablement exiger une telle chose.

La rencontre avec les délégués du personnel et les employés

Après avoir entendu les récriminations du directeur général et l’avoir appelé à plus de clémence, les trois inspecteurs sont invités à passer dans un autre bureau à l’étage en dessous. Après quelques instants, six représentants du personnel entrent et s’asseyent autour de la table. L’échange a lieu en wolof cette fois-ci.

Les inspecteurs rappellent tour à tour les règles concernant la grève. Celle-ci ne peut être faite dans les locaux de l’entreprise. Par ailleurs, il convient de ne pas trop personnaliser le conflit. Lors des multiples passages de la direction et des délégués devant l’inspection ces derniers mois, ils ont pu constater que certains délégués étaient très impolis. Les rapports de subordination doivent être respectés au sein de l’entreprise.

Les délégués prennent ensuite la parole à tour de rôle. Les délégués évoquent les intimidations dont les grévistes ont été victimes de la part de la direction. Monsieur Coulibaly a de plus un comportement provocant. Leurs revendications tournent autour de deux points précis. Ils souhaitent tout d’abord la réintégration de leur collègue mis à pied suite à la phrase qu’il a prononcée envers le directeur. Il demande aussi à ce que l’embauche des journaliers soit enfin effective. L’accord passé devant l’inspection n’a toujours pas été honoré, alors qu’il l’avait conclu il y a plusieurs mois. Ils ajoutent qu’il est même prévu que la direction fasse appel à une société d’intérim pour remplacer les journaliers et que cela doit commencer dès demain matin.

Sylla reprend la parole. Ces embauches relèvent de choix stratégiques de la part de l’entreprise.  Il faut le respecter. Si le recours à la société d’intérim s’avère illégal, ils auront toujours la possibilité d’aller devant la justice. Cette dernière phrase sonne comme un aveu d’impuissance. Elle signifie en creux que l’inspection ne peut rien régler. Baldé ajoute qu’en tant que délégué du personnel, ils doivent privilégier la satisfaction de leurs revendications et non la bataille en elle-même. Sylla propose d’instaurer un comité de dialogue. Pour ce faire, ils doivent cependant surseoir à leur mot d’ordre de grève. Les délégués semblent acquiescer. Ils font confiance aux inspecteurs qui jusqu’ici se sont montrés sensibles à leur cause. Ils leur demandent tout de même d’aller au-devant des travailleurs réunis dans la cour de l’entreprise pour leur annoncer la fin de la grève.

Arrivés dans la cour, les travailleurs se rassemblent à l’appel de leurs délégués. Certains parmi eux portent des brassards rouges. La plupart sont en bleu de travail. Baldé et Sylla prennent tour à tour la parole. Ils prônent l’apaisement et redisent une nouvelle fois que seule la satisfaction des revendications qu’ils portent compte et non la grève. L’un des délégués prend la parole au nom du groupe de travailleurs. Ils reprendront le travail demain. Sylla insiste. Il faut reprendre le travail dès aujourd’hui. Le délégué confesse qu’il a prévenu les médias. Il attend une équipe de télévision cet après-midi pour prendre des images de la protestation. Il ne peut plus reculer. Le délégué finit cependant par renoncer à son projet. Il appellera les journalistes pour annuler tout de suite après. Dans le fond, certains ouvriers élèvent la voix et protestent. Ils sont réticents à l’idée de reprendre le travail sans aucun engagement de la part de la direction. Sylla dit au plus bruyant d’entre eux de venir au centre pour l’entendre et lui parler. Les négociations vont reprendre, rien ne sert de faire grève. Le travailleur ne semble pas tout à fait convaincu, mais consent tout de même à se ranger à l’avis de ses représentants et de ce qui a l’air d’être la majorité des travailleurs.

De retour à la direction

Les inspecteurs reviennent dans le bureau du directeur général. Le directeur, Monsieur Deschamps, reprend la parole. Il a oublié de préciser tout à l’heure qu’il comptait sanctionner tous les journaliers qui avaientparticipé au mouvement. Ils ne travailleront plus pour l’entreprise. Il a relevé les noms de ceux qui participaient au mouvement. Il connaît par ailleurs ceux qui sont les leaders de ce mouvement parmi les salariés. Ils sont tous de l’atelier de maintenance. Sylla l’en dissuade. L’heure est à l’apaisement. Les inspecteurs ont réussi à convaincre les travailleurs de reprendre l’activité. Ce type de mesure risquerait de souffler sur les braises. L’heure est à la formation d’un comité de négociation. L’administrateur de la société se propose pour prendre la place du directeur général dans ce comité. La situation est devenue trop tendue entre le directeur, son conseiller juridique et les délégués. En revanche, les éléments les plus virulents parmi les délégués du personnel doivent être exclus de ce comité. Sylla le rassure. Les inspecteurs choisiront eux-mêmes ceux qui feront partie de ce comité. Le directeur insiste. Il y a des points sur lesquels il ne négociera pas. L’administrateur précise que le périmètre des négociations sera justement le premier point des négociations.

Tout le monde se serre la main. Monsieur Coulibaly, le conseiller juridique, nous raccompagne jusqu’à la porte de l’entreprise. Il est toujours très chaleureux, mais les inspecteurs sont fuyants. Ils préfèrent ne pas être vus trop longtemps en sa compagnie sur le seuil de l’entreprise. Ces salutations prolongées pourraient être perçues par les employés comme la preuve de leur connivence avec la direction de l’entreprise. 

Après quelques minutes de voiture, le téléphone de Sylla sonne. C’est Monsieur Coulibaly. Le travail a repris, mais un nouvel incident a tout de même eu lieu. Lorsqu’on a ordonné aux travailleurs de redémarrer les machines, les délégués du personnel s’y sont opposés, car l’un d’entre eux n’était pas encore arrivé à son poste. Une nouvelle preuve de leur insubordination selon Monsieur Coulibaly….

Un élément d’analyse pour conclure. Dans ce conflit, tout le monde semble se prévaloir du droit à rebours de clichés sur l’informalité en Afrique. Le respect du droit du travail est exigé par les représentants des travailleurs concernant l’embauche, il est aussi demandé par l’employeur en ce qui concerne les modalités de la grève. Les inspecteurs sont érigés en arbitres par chacune des deux parties en tant que -représentants de l’État. Mais ce segment de l’administration est en manque de reconnaissance, il tire justement la plus grande part de sa légitimité à intervenir de la position d’arbitre que lui confèrent chacun des protagonistes de ce conflit. Dès lors, pour les inspecteurs, prendre parti pour l’un ou l’autre de façon ostensible serait risquer d’être dépossédé de leur mandat. On touche ici à l’une des ambiguïtés fondamentales de l’action de l’inspection. Celle-ci est en effet bien souvent réduite à écouter, constater, concilier, sans jamais rien pouvoir imposer sous peine de se voir ôter cette potentialité.   


Sidy Cissokho

[1] Les noms et les lieux ont été anonymisés.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.